BFM Tech

3 Anonymous français condamnés à de la prison avec sursis

-

- - -

Les pirates informatiques avaient attaqué les sites internet de la région Lorraine et du conseil départemental de la Meuse dans le cadre de l’opération "Les Grands projets inutiles et imposés".

Les hackers risquent gros attaquer à des sites internet dépendant de la puissance publique. La justice française vient de condamner a condamné Cédric Sibille, 36 ans, à huit mois de prison avec sursis. Loïc Schneider, 20 ans, David Druart, 41 ans écopent, eux, de quatre mois de prison avec sursis, conformément aux réquisitions du parquet.

Opposés au projet d’enfouissement des déchets les plus radioactifs à Bure en Lorraine, ils avaient attaqué les sites internet du département de la Meuse, de la région Lorraine et de l’Agence nationale des déchets radioactifs (Andra).

Leur matériel a été confisqué et ils devront également dédommager la région Lorraine (près de 6.000 euros en tout) et le conseil départemental de la Meuse (1.500 euros environ). Ils auront aussi à verser un euro symbolique à l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra). Les trois militants, qui étaient également jugés pour intrusion et modification de données, ont en revanche été relaxés de ces accusations.

Les Anonymous contre des "projets inutiles et imposés"

Les trois hommes avaient agi dans le cadre de l’opération #OpGPII lancée en décembre 20147 par une poignée d’Anonymous français contre une liste de "grands projets inutiles et imposés". Leur but? Bloquer temporairement des sites institutionnels ou d’entreprise grâce à des attaques DDOS.

L'attaque du ministère de la Défense avait, elle, été revendiquée pour "venger" la mort, le 26 octobre 2014, du militant écologiste Rémi Fraisse, opposé au barrage de Sivens (Tarn).

"Il y a une disproportion entre le risque pénal encouru et les faits", a commenté l'avocat de David Druart, Me Emmanuel Pereira, qui n'exclut pas d'interjeter appel. Selon lui, les prévenus n'ont fait que recourir à "une nouvelle manière de manifester". "Lorsque les routiers bloquent une autoroute, ils ne sont pas poursuivis", a ajouté Me Pereira.

AC avec AFP