BFM Business

Très populaire, le "StopCovid britannique" interdit par des entreprises pour limiter les absences

Lancement de l'application de traçage des cas de coronavirus en Angleterre et au Pays de Galles le 24 septembre 2020

Lancement de l'application de traçage des cas de coronavirus en Angleterre et au Pays de Galles le 24 septembre 2020 - DANIEL LEAL-OLIVAS © 2019 AFP

Plusieurs grandes firmes du Royaume-Uni demandent à leurs employés de fermer l’application, afin d’éviter que des notifications de cas contact ne vienne perturber leur fonctionnement. C’est également le cas dans certaines écoles.

A la différence de StopCovid, dont le nombre de téléchargements stagne à moins de trois millions, l’application de traçage britannique - qui recence une liste des personnes fréquentées grâce au Bluetooth des smartphones - connaît un immense succès. Disponible depuis le mois de septembre, elle a déjà été téléchargée par 16 millions de personnes. Une popularité qui effraie certaines grandes entreprises, comme le révèlent les médias anglais, qui ne désirent pas devoir gérer un trop grand nombre de salariés placés à l’isolement.

Une “arme assommante”

D’après The Guardian, le géant de l’industrie pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), qui dispose de 16.000 salariés britannique, a demandé à une partie d’entre eux de désactiver l’application une fois au travail. Ironie de l’histoire, GSK est l’un des principaux acteurs dans le développement d’un vaccin contre le Covid-19. Aux yeux de la firme, les conditions de sécurité mises en place suffisent à éviter tout risque de contamination, et l’application se révélerait inutile.

“Si un des salariés était testé positif, ses contacts pourraient être invités à s’isoler, ce qui perturberait le fonctionnement de l’entreprise” explique GSK à ses salariés, dans un courrier rapporté par The Guardian.

De la même façon, le fournisseur de carburant Rix Petroleum a fait savoir à son personnel qu’il devait désactiver l’application de traçage, qualifiée “d’arme assommante” par la direction. “De nombreuses personnes qui ne sont pas malades devraient rester chez elles” regrette la firme auprès de la BBC.

Grandes entreprises et écoles

Toujours d’après la BBC, ce phénomène ne concerne pas que les grandes entreprises. D’après des témoignages reçus par le journaliste Rory Cellan-Jones, un directeur de collège à récemment demandé à ses équipes de ne pas tenir compte des alertes envoyées par l’application de traçage, après la contamination d’une enseignante. Un autre témoignage mentionne une école du Sussex ou les enseignants doivent là encore désactiver l’application une fois dans l’établissement.

Comme le rappelle la BBC, le gouvernement britannique précise que l’application peut être mise en pause uniquement si les salariés stockent leur mobile dans un casier (ce qui risque de générer de faux positifs), s’ils sont totalement protégés de leurs collègues par une vitre en plexiglass, ou s’ils disposent d’une protection de qualité médicale.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech