BFM Business

Traçage numérique: le projet de bracelets connectés pour compléter TousAntiCovid tombe à l'eau

Masque et tablette connectée à l'application #TousAntiCovid, qui a succédé à StopCovid.

Masque et tablette connectée à l'application #TousAntiCovid, qui a succédé à StopCovid. - Pascal GUYOT © 2019 AFP

Au lancement de TousAntiCovid, anciennement StopCovid, le recours à des montres ou badges connectés était prévu pour venir équiper les personnes dépourvues de smartphones. Mais le projet n'est plus d'actualité.

Une "proposition fonctionnelle" avait été mise sur la table. Mais elle ne sera pas concrétisée. Auprès de L’Obs le 4 mars, Antoine Robillard, vice-président de la société Withings, a fait savoir que la mise en circulation d'objets connectés, pensés pour compléter TousAntiCovid, n'était plus à l'ordre du jour.

Ces mêmes objets connectés, qui auraient pris la forme de montres ou de badges fonctionnant en Bluetooth, avaient été pensés pour permettre aux personnes dépourvues de smartphone d'être malgré tout alertées en cas de risque de contamination par la Covid-19. Si une solution techniquement faisable a bel et bien été trouvée par Withings, les pouvoirs publics n'ont finalement pas donné suite.

La solution imaginée par Withings "n’a pas donné lieu à une commande publique pour équiper les citoyens sans smartphone", explique ainsi Antoine Robillard. Plus concrètement, il était question de rendre disponibles de petits objets connectés à porter sur soi, moyennant une quarantaine d'euros, pour compléter le dispositif de traçage numérique en Bluetooth lancé par le gouvernement.

Le traçage des personnes n'ayant pas de smartphone, ou peu familiarisées avec leur fonctionnement, se fera donc exclusivement par le biais des brigades sanitaires déployées à cet effet.

StopCovid sur une montre connectée

En avril 2020, quelques semaines avant le lancement de StopCovid, depuis devenue TousAntiCovid, le cabinet du secrétariat d'Etat au Numérique avait confirmé à RTL que le gouvernement planchait sur un objet connecté susceptible d'être associé à une éventuelle application de traçage des contacts des malades, sans pour autant qu'il soit question ni "de suivre les malades, ni de géolocalisation".

Le 23 juin, Bruno Sportisse, le président de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria), avait surenchéri en confirmant cette piste et émis l'hypothèse d'un prototype fonctionnel dès le mois de juillet.

Lors d'une audition devant les parlementaires, le Secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O avait par ailleurs indiqué que Withings était parvenu à faire fonctionner l'application de traçage numérique du gouvernement sur une montre connectée, ajoutant qu'un passage à la phase industrielle était prévu pour l'été. Les premiers tests prévus en juillet et août, n'ont finalement pas eu lieu.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech