BFM Tech

Top départ pour la 5G en France

-

- - AFP

Orange va procéder à des tests 5G sur la commune de Belfort jusqu’à la fin de l’année 2016. L’enjeu est d’atteindre un débit mobile au moins 10 fois plus rapide que la 4G. Mais les usagers n’en verront pas la couleur avant 2020.

Avec la 4G, nous sommes entrés dans l’ère du très haut débit mobile. La 5G, elle, devrait nous faire pénétrer dans l’Internet mobile du futur. C’est en tous cas la promesse d’Orange. L’opérateur est le premier en France à obtenir l’autorisation auprès de l’Arcep -l'autorité de régulation des télécoms- de faire des tests à ce sujet à Belfort jusqu’en 2016.

Pourquoi passer à la 5G ?

Le nombre de clients utilisant du très haut débit mobile augmente et les usages gourmands en bande passante, comme la vidéo en streaming se généralisent.

On assiste également à une multiplication des objets connectés. Une étude Gartner estime en effet qu'ils devraient atteindre le nombre de 25 milliards à l'horizon 2020. L'enjeu est de faciliter leur intégration et leur interopérabilité pour faire communiquer les machines entre elles de façon fluide.

Que peut-on en attendre ?

Pour répondre à ces nouveaux besoins, la 5G va utiliser des bandes de fréquence dites « millimétriques », c’est-à-dire entre 6 et 100 GHz. « Des fréquences très hautes encore inutilisées par les réseaux mobiles actuels », détaille l’Arcep. Avec une largeur spectrale plus importante, on obtiendra davantage de bande passante et un débit supérieur dans chaque cellule radio.

Avec la 4G, le débit théorique peut atteindre jusqu’à 326,4 Mbits/s en download et 86,4 Mbits/s en upload. Mais concrètement, les usagers en France bénéficient plutôt de 8 Mbits/s en download et 1,5 Mbits/s en upload, selon les derniers chiffres publiés par l’Arcep. L’objectif de performance de la 5G est de faire... entre 10 et 100 fois mieux. 

La 5G, c'est pour quand ?

Pour le moment, la 5G en reste au stade du laboratoire et de la recherche. Orange mène ces expérimentations dans le cadre du programme européen 5G-PPP, un partenariat public-privé entre la Commission européenne et l’industrie des télécommunications.

Jusqu’en 2018, il va s'agir d’élaborer un standard 5G. La Conférence mondiale des radiocommunications va notamment s’atteler à l’harmonisation mondiale des fréquences à partir du mois de novembre.

Entre 2018 et 2020, les premiers systèmes seront testés avec une expérimentation grandeur nature lors des Jeux Olympiques d’hiver en Corée en 2018 et des Jeux Olympiques d’été au Japon en 2020.

Les réseaux 5G seront enfin déployés en France entre 2020 et 2022, de même que de nouveaux terminaux compatibles. La 4G a donc encore de beaux jours devant elle...

Amélie Charnay