BFM Tech

Fin des frais d’itinérance en Europe : ce qui va changer en juin 2017  

Le Samsung Galaxy S5 fait partie des smartphones concernés.

Le Samsung Galaxy S5 fait partie des smartphones concernés. - LLUIS GENE / AFP

A partir de l’été prochain, les voyageurs européens pourront téléphoner, envoyer des SMS et se connecter à Internet dans un pays voisin sans supplément de tarif. Mais il y aura tout de même des restrictions en matière de data.

Malgré la forte opposition des opérateurs, les frais d’itinérance seront bien supprimés dès le 15 juin 2017 pour tous les citoyens européens se déplaçant dans un pays membre. Mais la consommation de data sera limitée à "une utilisation raisonnable" et les cas d’abus pourront être sanctionnés par des surfacturations mineures.

L’achat de carte SIM soumis à condition

Les opérateurs redoutaient que des usagers aillent acheter une carte SIM dans un Etat où les prix sont moins élevés pour l’utiliser ensuite quotidiennement chez eux. Pour éviter cette situation, la Commission européenne a introduit la notion de "liens stables". En gros, il faudra résider, travailler ou être étudiant dans un pays pour y acquérir une carte SIM. On ne vous demandera cependant pas vos papiers si vous en achetez une. En revanche, les opérateurs auront le droit d'exiger des justificatifs s’ils remarquent que votre consommation est régulière et excessive à l’étranger.

Vous recevrez un premier avertissement avant d’être surtaxé

L’intervention des opérateurs sera très cadrée. Ils devront respecter une période d’observation de quatre mois et constater que le client a passé plus de deux mois à l’étranger sur quatre et qu’il a consommé davantage hors de son pays d'origine. Ils seront ensuite contraints d’envoyer un premier avertissement pour laisser le temps à l’abonné de se ressaisir. S’il ne change pas de comportement, il sera alors soumis à des suppléments mineurs. 0,04 euros par minute pour les appels, 0,01 euros par SMS et de 0,0085 euros par Mbit.

La data limitée

Les titulaires d’un forfait illimité ou d’une offre donnant accès à beaucoup de données pour un tarif peu élevé ne pourront cependant pas utiliser toute leur data dans un autre pays européen. Le plafond sera fixé en fonction du prix de l’abonnement et du prix de gros de l’itinérance payé par l’opérateur. Or, ce prix de gros va changer et n’est pas encore déterminé. Mais ce qui est sûr, c’est que les abonnés français de Free Mobile avec leurs 50 Go pour seulement 19,99 euros devraient être désavantagés. Pas de problème, en revanche, pour téléphoner et envoyer des SMS sans restriction.

En savoir davantage sur 01net.com

Amélie Charnay