BFM Tech

Quand la pub vous suit à la trace

-

- - -

Une start-up négocie avec les opérateurs de téléphonie mobile la mise en place d'un système de publicité personnalisée dans vos SMS.

La publicité est partout et elle pourrait bientôt investir votre téléphone portable. En effet, la start up française Text Vision est en pourparlers très avancés avec les trois opérateurs de téléphonie mobile pour mettre en place un nouveau service de publicité par SMS.

Le principe

Les abonnés qui auront souscrit un abonnement spécifique, donc des volontaires, recevront avec certains SMS une publicité en rapport avec le message reçu et le lieu où ils se trouvent. En contrepartie, ils bénéficieront d'une réduction sur le prix de leur forfait. L'idée est de cibler le consommateur : sa tranche d'âge, ses centres d'interêts, ses loisirs et où il se trouve au moment où il reçoit le SMS.

Exemple : vous recevez à 19h un SMS de votre conjoint(e) : « T'es où, on dîne ensemble ? ». Si vous avez souscrit ce fameux abonnement « publicitaire », avec votre SMS, vous reçevez l'adresse du fleuriste le plus proche avec ses promos, pour ne pas venir les mains vides.

Le programme de Text Vision repère dans le SMS le mot "dîner" et l'associe à l'offre d'un annonceur. Et grâce à un procédé de géolocalisation, l'opérateur sait où vous vous trouvez à 40 mètres près. Comment est-ce possible ? Françoise de Blomac, journaliste et co-auteur de « Sous surveillance, comment démêler le mythe de la réalité », explique que « c'est basé sur le fait que votre téléphone portable recherche une antenne-relais et on va même faire une triangulation : à partir des trois antennes-relais qui sont accessibles, on va pouvoir définir où est situé le téléphone portable. En sachant que la loi française implique que, si on doit vous localiser, vous devez être d'accord et accuser réception du fait que quelqu'un est en train d'essayer de vous localiser ».

Risque de dérive ?

« Surveillance », « fichage », « procédé immoral », les critiques ne manquent pas. Mais Louis Molis, le co-fondateur de Text Vision, défend son produit : « Il n'y a aucun risque de déviance, le procédé est basé sur le volontariat des abonnés. Les informations sont stockées sur des bases de données extrêmement sécurisées et elles ne servent qu'à ça. On ne va pas s'amuser à revendre ces informations ».

Selon nos informations, une opération pilote sera lancée après l'été avec SFR auprès de 15 000 personnes, pour commercialiser le procédé avant la fin de l'année.

La rédaction et Nicolas Marsan