BFM Business

Quand Booba voulait empêcher la sortie de vieilles chansons... inédites

SÉRIE D'ÉTÉ: LES STARS DANS LE PRÉTOIRE. En 2003, Booba quitte le petit label indépendant qu'il a co-fondé pour signer avec une filiale d'Universal. Trois ans plus tard, son ancien label veut publier des morceaux inédits, mais le rappeur s'y oppose.

Booba n'est pas seulement prompt à faire le coup de poing, comme on a pu le constater mercredi à Orly. Le rappeur français ne craint pas de se lancer dans de longues bagarres judiciaires pour faire valoir ses droits. Retour sur un procès dont personne n'avait jusqu'alors parlé.

Avant d'être en solo, Booba avait formé en 1994 un groupe baptisé Lunatic avec un autre rappeur, baptisé Ali. En 2000, le duo, pour sortir leur album Mauvais oeil, fait la tournée des maisons de disques, qui refusent toutes, jugeant les morceaux trop sombres et trop violents. Le duo décide alors de créer son propre label, 45 Scientific SARL, avec deux autres associés: Jean-Pierre Seck et Laurent Geraldo.

La société est formellement crée en septembre 2000, puis, en novembre, un contrat pour au moins trois albums est signé avec Booba et Ali. Le premier est donc Mauvais oeil, qui devient disque d'or, avec plus de 150.000 exemplaires.

Rebelote en 2001 avec le premier album solo de Booba Temps mort, autre disque d'or avec plus de 200.000 copies. Cet album comprend notamment un morceau intitulé Inédit, écrit et interprété par Booba.

Divorce avec fracas

Mais en 2003, c'est le divorce. Booba s'en va avec fracas, dénigrant 45 Scientific SARL dans le magazine Groove. Il crée son propre label, Tallac Records SARL, et signe un accord de licence avec Barclay, filiale de la major Universal Music. Il sort un second album solo, Panthéon, lui aussi disque d'or, puis une mixtape, Autopsie.

Mais, fin 2005, 45 Scientific SARL se rappelle au bon souvenir de Booba. Le label de ses débuts annonce la sortie d'un Black album de Lunatic, comprenant une poignée de titres inédits jusqu'à présent: Free style, Lunatic et Tony Coulibali. Ce dernier est une nouvelle version de Inédit, dont 45 Scientific SARL a refait la musique.

Furieux, Booba attaque en référé 45 Scientific SARL en justice pour interdire la sortie de l'album. 45 Scientific SARL riposte, et accuse Booba d'avoir publié sur sa mixtape Autopsie des chansons qui ne lui appartiennent pas, car produites avant son départ...

Ce conflit fait peur à Sony, qui devait distribuer le Black Album, mais préfère jeter l'éponge. Mais finalement le tribunal de grande instance de Paris déboute Booba en février 2006. Pour les juges, le contrat signé en 2000 avec 45 Scientific SARL est clair: en cas de désaccord avec l'artiste, c'est la maison de disques qui a le dernier mot. Tout aussi clair est l'accord signé en 2003 lors du départ de Booba: 45 Scientific SARL garde la propriété de tous les enregistrements effectués avant son départ, qu'ils soient ou non sortis sur un album. Enfin, le fait 45 Scientific SARL ait changé la musique de Tony Coulibali n'est pas un problème:

"Booba n'est pas compositeur, ne dispose d'aucun droit sur la musique qui accompagnait ses oeuvres, et ne prétend pas que les modifications intervenues trahiraient l'esprit des premiers enregistrements".

Booba ne lâche pas l'affaire

Le Black album est donc commercialisé. Mais Booba ne lâche pas l'affaire, et fait appel. La cour d'appel de Paris finit par lui donner raison en septembre 2006, et interdit la commercialisation du Black album. La cour est d'un avis opposé sur le changement de musique effectué sur Tony Coulibali sans l'accord de Booba:

"En vertu des dispositions du code de la propriété intellectuelle sur les droits moraux de l'auteur, le respect dû à l'oeuvre en interdit toute altération ou modification, quelle qu'en soit l'importance;
L'auteur-interprète a donc le droit au respect de son interprétation; 45 Scientific SARL ne disposait pas du droit de démembrer la fixation de l'oeuvre Inédit pour n'en retenir qu'un élément, et distribuer une oeuvre distincte, exécutée différemment et comprenant cet élément;
45 Scientific SARL a, ainsi, dénaturé l'oeuvre de Booba et n'a pas respecté son interprétation originale, qui s'inscrivait dans une exécution distincte;
La présence du titre Tony Coulibali sur l'album Black Album, comme de tous autres titres résultant d'une modification de leur exécution originale, constitue un trouble manifestement illicite, auquel il ne peut être mis fin que par la mesure d'interdiction de commercialisation de cet album sollicitée par Booba."

Victoire à la Pyrrhus

Au final, une paix des braves a apparemment été trouvée, car aujourd'hui le Black album est en vente libre. En tous cas, le Black album ne sauvera pas 45 Scientific SARL, qui est placé en liquidation judiciaire en 2008. De son côté, Booba re-signera en 2012 chez Universal Music. La maison de disques lui aurait alors versé une avance de 500.000 euros, selon le Parisien.

En 2016, son label Tallac Records SARL a dégagé un bénéfice net de 123.354 euros sur un chiffre d'affaires de 1,5 million d'euros (+92%). Booba est aussi actionnaire de Izi Trading SARL (7 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2016), qui vend sa ligne de vêtements Unkut. Au total, sa fortune est évaluée à 6 millions d'euros par le site rap2france.

Contacté, l'avocat de 45 Scientific SARL Clément Sabatier n'a pas souhaité faire de commentaires.

les albums de booba

2002: Temps mort -> disque d’or (> 100.000)

2004: Panthéon -> disque d’or (> 100.000)

2006: Ouest Side -> disque de platine (> 250.000)

2008: 0.9

2010: Lunatic -> disque de platine (>200.000)

2012: Futur -> double disque de platine (> 300.000)

2015: D.U.C -> double disque de platine (> 200.000)

2015: Nero Nemesis -> double disque de platine (> 200.000)

2017: Trône -> disque de platine (> 100.000)

Jamal Henni