BFM Tech

Voitures autonomes ou connectées: les hackers trouvent de nouvelles failles

-

- - Copyright Gilbert Kallenborn

Les nouvelles technologies intégrées dans les véhicules peuvent facilement être mises hors d’état ou altérer la conduite. D’autres facilitent la surveillance de masse.

De nouveau, les voitures autonomes ou connectées sont montrées du doigt par les hackers. À l’occasion de la conférence Black Hat Europe 2015 à Amsterdam, le chercheur en sécurité Jonathan Petit a présenté toute une série d’attaques assez spectaculaires sur certains équipements spécifiques.

Ainsi, le hacker a montré qu’il était possible de facilement mettre hors d’état – du moins temporairement - une caméra d’une voiture autonome par des flashs de lumière. Ces caméras permettent au système informatique du véhicule de reconnaître les panneaux de signalisation, lire le marquage au sol, d'alerter le conducteur sur la présence d’un piéton ou sur une collision imminente.

Faire apparaître des objets qui n'existent pas

Jonathan Petit a également analysé le "Lidar". Ce dispositif permet de détecter et pister des objets jusqu’à plusieurs centaines de mètres grâce aux réflexions d’une série de pulsations laser. Le hacker a montré qu'il était possible d'induire en erreur cet équipement en lui envoyant de faux retours de pulsations et, par exemple, faire apparaître des objets qui n'existent pas.

Enfin, le chercheur s'est penché sur les réseaux dits VANET (Vehicular Ad-Hoc Network), une technologie de communication encore expérimentale qui permettra à chaque véhicule de diffuser – pour des raisons de sécurité et de confort - des informations de localisation et de vitesse autour de lui. Le problème, c'est qu'elle permettrait également de créer des dispositifs de surveillance de masse à moindre coût, comme le montre Jonathan Petit.

Dans les trois cas, le chercheur propose des solutions permettant de sécuriser davantage ces équipements. Pour avoir des détails techniques sur les hacks de Jonathan Petit et les solutions qu'ils proposent, rendez-vous sur le site de 01net.com.

Gilbert Kallenborn