BFM Tech

Test: Priv, le premier smartphone Android de Blackberry

-

- - 01net.com

Le canadien Blackberry accouche enfin de son premier appareil Android. Fini le système maison et bienvenue à celui de Google, étayé de fonctions de sécurité et de productivité inédites. L'essai est-il transformé ? Réponse du labo de 01net.com.

Blackberry a finalement cédé aux chants des sirènes d'Android. Et la première mouture de smartphone avec le système Google est plutôt une réussite. Son nom ? Le Priv. Et vu son prix de 800 euros, il vient se frotter aux modèles les plus haut de gamme de Samsung et d'Apple.

Pour tenir la comparaison, Blackberry a misé sur une très belle finition, une épaisseur contenue (moins de 10 mm) et surtout un superbe écran de 5,4 pouces (13,7 cm), dont les bords sont légèrement incurvés. L'ensemble se veut très masculin mais nul doute qu'il plaira également aux businesswomen ! Afin de se démarquer de la concurrence et pour rester fidèle à son ADN, le canadien n'a pas pu résister à la tentation d'équiper son appareil d'un véritable clavier physique coulissant, avec de petites touches à facette. Ce dernier vient, bien entendu en complément du clavier virtuel présent dans Android.

-
- © 01net.com/LM/SM

Le plus pro de tous les smartphones Android

En matière de puissance, rien à signaler, les composants assurent et rendent la navigation dans les menus très fluide. Très bon point, il est possible d'étendre la capacité de stockage de l'appareil de 32 Go à plus de 2 To par le biais du lecteur de carte microSD (même si actuellement, les cartes vendues n'excèdent pas 200 Go, ce qui est déjà énorme!). Côté appareil photo, en revanche, l'appareil n'atteint pas l'excellence du dernier Galaxy S6 Edge Plus, ni même celle de l'iPhone 6s. La qualité reste toutefois globalement satisfaisante, y compris lorsque la luminosité n'est pas optimale.

Malgré sa batterie haute capacité, le Priv ne parvient pas non plus à égaler, en matière d'autonomie, les meilleurs smartphones du certes. Certes, les 25 heures d'endurance en communication sont plus que confortables mais dès qu'on commence à solliciter l'appareil sur des usages plus gourmands (vidéo, streaming, géolocalisation etc.), la batterie déclare forfait au bout de 6 heures 30 ! C'est un peu juste pour un smartphone qui a vocation à suivre les professionnels partout, tout le temps, sauf à se limiter à des usages très standards (appels, surf). Enfin, puisqu'on parle des pros, Blackberry les bichonne en implantant des microprogrammes très orientés sécurité et protection des données.

Lire le test complet du Blackberry Priv sur 01net.com