BFM Tech

Raven, le drone capable de détecter les fuites de gaz en un temps record

-

- - General Elctric

Encore à l'état de prototype, le drone Raven de General Electric est capable de réaliser des inspections afin de trouver des fuites de gaz trois fois plus vite qu'un homme.

GE (General Electric) a développé un prototype de drone qui risque de fort plaire aux compagnies gazières. Nom de code: "Raven". Première compétence: trouver de potentielles fuites sur les pipelines ou les installations servant à faire transiter les ressources naturelles depuis les gisements jusqu'aux raffineries. Bien entendu, il s'agit pour GE de proposer un appareil volant capable de réaliser des inspections jusqu'à trois fois plus vite que les dispositifs traditionnels, et ainsi d'éviter de potentielles pollutions des sols et des mers... et faire faire des économies appréciables aux exploitants, notamment en minimisant les risques de pertes induits par les fuites.

Conçu en partie au sein du laboratoire de recherche et développement d'Oklahoma City aux Etats-Unis, Raven aurait couté environ 125 millions de dollars, est équipé de six rotors avec pales de 21 pouces de long (53,3 cm), pèse un peu moins de 10 kilos et peut atteindre une vitesse de 80 km/h. Menés cet été, ses premiers essais ont été concluants: il aurait repéré deux fuites de gaz sur des installations de l'Arkansas en moins de quelques minutes grâce à ses capteurs lasers ultra perfectionnés.

Son logiciel embarqué lui permet certes de suivre un plan de vol précis (40 minutes) mais également d'évaluer la gravité de la fuite. Information qu'il peut transmettre directement sur un dispositif portatif comme un PC portable ou un iPad auquel il serait relié.

Un gain de temps appréciable en regard des méthodes usuelles de détection de fuite qui consistent, la plupart du temps, à envoyer des techniciens armés d'équipements spéciaux (détecteurs infrarouges) pour sonder les installations. Ces derniers, contrairement au Raven, peuvent seulement détecter la fuite mais sont, par exemple, incapables d'évaluer la gravité de celle-ci.

A termes, GE espère bien proposer une solution volante semi-autonome capable non seulement de pister les fuites sur les installations de transit mais, aussi, pouvoir anticiper des pannes en procédant à des relevés sur certains éléments mécaniques dans les raffineries (pompes, torchères). Certaines se trouvent parfois en hauteur et leurs inspections sont plus facilement réalisables et moins risquées pour un drone que pour des techniciens.