BFM Tech

Olli, le minibus autonome imprimé en 3D qui discute avec ses passagers

-

- - Local Motors

Ce minibus autonome embarque une technologie d'IBM pour pouvoir dialoguer avec ses passagers et surveiller la circulation. Il est actuellement en test et sera déployé d'ici la fin de l'année.

Les minibus autonomes commencent à intéresser de plus en plus de monde. Après les navettes Arma utilisées pour transporter les employés de la centrale nucléaire de Civaux en France et les WEpods qui permettent aux étudiants de l’université de Wageningen en Hollande de se déplacer sur le campus, voici les minibus Olli, conçus par Local Motors, connus pour son projet de voiture imprimée en 3D, en partenariat avec IBM.

Ces nouveaux véhicules autonomes, capables de transporter jusqu’à 12 personnes ont été présentés à National Harbor, dans le Maryland (Etats-Unis). Local Motors a conçu le minibus sans chauffeur et IBM a développé le logiciel qui permet aux passagers de "communiquer" avec lui.

Olli est ainsi le premier véhicule à utiliser les capacités de calculs cognitives basées sur le cloud et la technologie Watson Internet of Things (IoT) pour analyser et apprendre des données de transport recueillies par plus de 30 capteurs embarqués dans le véhicule. Et des capteurs supplémentaires pourront être installés et ajustés en fonction des souhaits des municipalités qui utiliseront le minibus.

-
- © Local Motors

En plus, Olli exploite quatre autres fonctions de Watson pour permettre des interactions avec les passagers. Autrement dit, il est programmé pour obéir à des commandes telles que "Olli, peux-tu m'emmener en centre-ville?" ou "sommes-nous arrivés?". Ils pourront également lui demander des renseignements sur ses différentes fonctions. Le minibus pourra enfin leur conseiller des restaurants ou des sites historiques selon des préférences enregistrées dans leur profil. Pour accéder à ce véhicule autonome, il suffira de posséder une application pour le "convoquer", un peu comme on réserve un taxi ou un VTC

Le minibus peut accueillir douze passagers.
Le minibus peut accueillir douze passagers. © Local Motors

Imprimés en 3D

"Olli offre une solution de transport intelligente et durable qui était attendue depuis longtemps", s’est enthousiasmé John Rogers, le fondateur et dirigeant de Local Motors lors de la présentation du véhicule. Il a aussi souligné un avantage de taille qu’a son entreprise sur ses concurrentes. Elle imprime les minibus en 3D, ce qui raccourcit les délais de fabrication. "Ce véhicule peut être imprimé en dix heures et assemblé en une heure", commentait-il. Et d'ailleurs, John Rogers espère bien mettre cet atout en avant. Il pense construire des dizaines de petites usines à travers le monde pour pouvoir fabriquer à la demande le plus possible d'Olli.

D'ici là, le tout premier Olli restera à National Harbor tout l'été où les citoyens pourront le découvrir. Il sera ensuite testé sur des routes du district de Columbia avant d'être utilisé fin 2016 dans le comté de Miami-Dade au sud de la Floride et à Las Vegas. Ensuite, Olli pourrait s'étendre en dehors des Etats-Unis. Ses dirigeants sont déjà en discussion pour le mettre à la disposition d'autres villes, dont Berlin, Copenhague ou encore Canberra.