BFM Tech

Les trackers d’activité seraient inefficaces pour perdre du poids

-

- - Intel Free Press (Creative Commons)

Une étude menée par des chercheurs américains montre que les personnes dotées d'un bracelet fitness font moins d'exercices que les autres. Un paradoxe qu'il est encore difficile à comprendre.

Vous voulez perdre du poids et vous avez acheté l’un de ces nombreux bracelets fitness ? Attention à ne pas être trop déçus, car en réalité ces trackers d'activité ne favorisent pas franchement la perte de poids. Ils pourraient même la freiner, comme viennent de le révéler des chercheurs de l'université de Pittsburgh dans un rapport.

Pour réaliser leur étude, ils ont enrôlé presque 500 hommes et femmes volontaires qui se trouvaient en situation de surpoids ou d'obésité, et ils les ont mis au régime. Pendant les six premiers mois, ces personnes suivaient strictement le même programme diététique. Tous ont perdu du poids pendant cette période. Puis elles ont été séparées de manière aléatoire en deux groupes. Les personnes du premier groupe poursuivaient leur régime en inscrivant leurs apports et leurs dépenses caloriques sur un site web. Celles du second groupe faisaient la même chose, mais disposaient en plus d'un tracker d'activité à leur poignet.

Une différence de progression de 20 %

Au bout de 18 mois, les chercheurs font le bilan. Et là, patatras: ceux qui étaient dotés d'un tracker d'activité ont perdu nettement moins de poids que les autres. La différence de progression est d'environ 20 %. "Nous étions vraiment surpris", souligne Dr John Jakicic, l'un des auteurs de cette étude, auprès du New York Times. En effet, les chercheurs s'attendaient plutôt au résultat inverse. Ils s'étaient imaginés qu'un tel engin allait inciter l'utilisateur à faire plus d'exercices, à mieux comptabiliser ses calories et donc à perdre plus de poids. Or, en regardant les résultats de plus près, ils ont vu que les personnes qui portaient un tracker faisaient moins d'exercices physiques que les autres!

Comment expliquer cela? Pour l'instant, les chercheurs ne savent pas trop. Ils pensent que les objectifs proposés par le tracker étaient peut-être trop élevés et donc décourageants. Ou peut-être que les personnes étaient trop focalisées sur la technologie, perdant de vue leurs habitudes nutritionnelles et leurs comportements. "Ces résultats me disent qu'il nous reste encore beaucoup de choses à apprendre", ajoute Dr Jakicic, qui prévoit d'ores et déjà de lancer de nouvelles études pour approfondir ce sujet. En attendant, ne mettez pas trop d'espoir dans les bracelets fitness.