BFM Tech

Les GPS déboussolés par la dérive de l’Australie

Comparaison entre les coordonnées GPS de 2015 avec celles de 2020 en Australie.

Comparaison entre les coordonnées GPS de 2015 avec celles de 2020 en Australie. - Aerometrex

Le pays ne cesse de se déplacer sous l’influence de son activité tectonique. Au point qu’il faille régulièrement mettre à jour ses coordonnées. Ce qui ne fait pas l’affaire des systèmes d’aide à la navigation ni des futures voitures autonomes.

7 cm, c’est la distance parcourue chaque année par l’Australie en raison de l’activité tectonique de la plaque sur laquelle elle est située, et qui fait dériver inexorablement le pays vers le Nord. Au cours des 50 dernières années, l'Asutralie a déjà dû corriger à quatre reprises sa longitude et sa latitude. La dernière fois, c’était en 1994 avec une correction de 200 mètres. La prochaine, ce sera en 2017, d’après la chaîne de télévision nationale ABC. Et pour être tranquille durant plusieurs années, l'agence gouvernementale de géologie Geoscience Australia a prévu d'adopter en avance les coordonnées qui seront atteintes en 2020. Soit une modification de 1,5 mètres.

Les systèmes de GPS devront être précis au centimètre près

Cette mise à jour ne devrait pas avoir d'incidence sur la vie quotidienne de la population. La précision d’un smartphone se situe autour de 4 à 10 mètres, par exemple. En revanche, le phénomène pourrait affecter le développement des voitures autonomes. «Avec un écart de 1,5 mètres, une voiture autonome peut croire qu’elle se trouve dans une autre voie que celle où elle est réellement», explique Dan Jaska, l’un des scientifiques de Geoscience Australia qui planche sur le sujet.

Les informations cartographiques devront donc correspondre impérativement aux systèmes de navigation utilisant un GPS. Ce sera aussi le cas des feux de circulation intelligents qui vont prochainement être expérimentés par la ville de Sydney, pour améliorer la sécurité des piétons distraits par leur smartphone quand ils traversent. De tels dispositifs nécessitent une précision de l’ordre du centimètre et non plus du mètre.

D’autres secteurs seront touchés, comme l’agriculture qui a recours aux drones pour réguler l'irrigation ou l'usage des pesticides, ainsi que la surveillance. Les géologues comptent à l'avenir sur le développement de nouvelles technologies pour corriger en temps réel les écarts de distance.

Amélie Charnay