BFM Tech

Facebook déclare la guerre aux articles aux titres fumeux

-

- - -

Vous n'en pouvez plus des articles sans grand intérêt mais qui sont titrés de manière à vous faire cliquer? Facebook non plus. Le réseau social va donc changer son algorithme pour empêcher ces contenus indésirables de remonter.

"Vous ne devinerez jamais qui est tombé sur le tapis rouge", "il a mis de l’ail dans ses chaussures avant de se coucher et ce qui est arrivé ensuite est incroyable"… Vous avez certainement déjà vu sur les réseaux sociaux ces articles titrés de manière à vous faire cliquer... mais qui ne contiennent finalement pas grand-chose d’intéressant. Facebook a décidé de leur faire la guerre et va les rétrograder dans les fils d’actualité.

Pour le réseau social, ces articles "appâts à clics" (clickbait) "retiennent intentionnellement les informations cruciales ou trompent les gens". Il a donc mise à jour l'algorithme régissant l'ordre d'affichage des publications dans le fil d'actualité de ses utilisateurs. Les résultats vont commencer à se voir dans les semaines qui viennent.

Voilà le type de titre que Facebook ne veut plus voir.
Voilà le type de titre que Facebook ne veut plus voir. © Facebook

Facebook explique que ses membres préfèrent les titres explicites pour décider s’ils souhaitent cliquer sur le lien et passer du temps sur un article en toute connaissance de cause. L’entreprise était déjà intervenue par le passé pour réduire le nombre de ces articles mais cela n’a visiblement pas suffi.

Comme un anti-spam

Cette fois, le réseau social s’appuie sur un outil qui identifie les mots et phrases communément utilisés pour rédiger un titre clickbait. Facebook a commencé par classer des dizaines de milliers de titres dans la catégorie des titres à clics en s’appuyant sur deux critères: les titres qui omettent une information permettant de comprendre le contenu de l’article, les titres qui exagèrent le contenu de l’article ou trompent le lecteur. Ensuite, le système a déterminé quelles phrases étaient utilisées dans les titres à clics et jamais dans les titres "normaux". Une forme de filtre anti-spam, en somme. 

Résultat, les articles clickbait  sont identifiés ainsi que les noms de domaine et pages qui les publient. Ces contenus seront alors rétrogradés dans les fils d’actualité des membres du réseau social, ce qui entraînera pour l’éditeur une baisse du nombre d’articles vus, aimés, etc. et donc une diminution de ses recettes publicitaires. Si les expéditeurs de ces liens cessent de publier ce type de contenu, leurs publications remonteront alors normalement.

Facebook conseille donc aux sites qui ont une page sur le réseau social d’éviter ces titres s’ils souhaitent continuer à être lus et renvoie vers son guide des bonnes pratiques.