BFM Tech

En 2098, Facebook comptera plus d'utilisateurs morts que vivants

-

- - Gilles Mingasson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Selon les estimations d’un statisticien, le réseau social comptera plus de 50% d’inscrits morts d’ici à la fin du siècle. Si certaines limites s’appliquent cependant à ce calcul, il pose la question sur la manière de prévoir la gestion de son compte après sa mort.

Un véritable cimetière numérique, voilà à quoi pourrait ressembler Facebook d’ici à la fin du siècle. En 2098, le réseau social – s’il existe toujours – devrait rassembler plus de profils de personnes décédées que vivantes. C’est le calcul réalisé par le statisticien Hachem Sadikki de l’université du Massachusetts.

Effectuée à l’invitation du site Fusion, l’estimation se base sur les données démographiques des Centers for Disease Control, l’agence gouvernementale américaine de santé publique. Elle porte donc en soi certaines limites, puisque les causes et les taux de décès à travers les Etats-Unis ne peuvent être appliqués à la planète entière. Ils peuvent également évoluer au cours des prochaines décennies et ainsi modifier la date de cette échéance.

Fermer le compte ou le transformer en commémoration ?

Malgré ses défauts, l’étude pose tout de même la question du futur du réseau social et de sa manière de gérer les profils de personnes décédées. Facebook propose déjà plusieurs solutions aux familles concernées. Ces dernières peuvent en effet transformer le compte du défunt en "compte de commémoration". L’alternative est de tout simplement fermer le compte.

Quelle que soit la solution choisie, l’utilisateur devra de son vivant désigner un légataire. Cette information doit être ajoutée depuis Paramètres > Sécurité > Légataire.