BFM Business

Emiew 3, le robot d’Hitachi qui accueillira et renseignera les touristes

-

- - Toshifumi Kitamura AFP

Avec ce petit robot, Hitachi espère pouvoir guider les millions de touristes qui se rendront aux JO de Tokyo en 2020.

De plus en plus d’industriels croient dans le potentiel des robots comme acteurs de services. Aldebaran a lancé le robot Pepper, qui divertit les consommateurs dans les supermarchés, l’université d’Orebro en Suède a imaginé Spencer, qui guide les passagers dans les aéroports, et Hitachi peaufine Emiew 3, un nouveau robot semi-androide censé pouvoir renseigner des touristes.

Ce robot est un descendant d'Emiew 2, un précédent modèle qu'avait présenté le groupe en 2007, mais qui n'avait pas connu de réelle suite depuis. Face à l’intérêt grandissant pour ce genre d'automate, Hitachi a décidé de réactiver la R&D, en capitalisant sur ses développements par ailleurs, notamment dans le domaine informatique, de la robotique industrielle et de l'intelligence artificielle.

"La société japonaise évolue, avec la mondialisation, divers styles de vie, le vieillissement de la population, et parallèlement les techniques avancent (capteurs, réseaux, etc.)", a justifié un des chercheurs du conglomérat, Atsushi Baba, lors d'une conférence de presse à Tokyo.

"Dans ce contexte, les robots capables de cohabiter et communiquer avec les humains peuvent offrir un réel soutien aux activités économiques", insiste-t-il.

Grand comme un enfant de trois ans

-
- © Hitachi

Le petit Emiew 3, de la taille d'un enfant de trois ans (90 cm de haut, 15 kg) intègre 14 microphones, divers capteurs, une caméra et des roulettes qui lui permettent d’atteindre une vitesse de 6 km/h.

Son rôle est alors de repérer les personnes dans l'environnement proche, aller à leur rencontre, leur adresser la parole et répondre à leurs questions, cela en différentes langues.

Une mise en scène

"Il repose sur un serveur informatique" avec lequel il communique sans fil et "pour changer de langue, il suffit d'employer un programme différent", précise A. Baba.

La démonstration apparaît assez convaincante, mais il s'agit d'une mise en scène qui demande à être confirmée par une exploitation en conditions réelles (dans une gare, un aéroport, etc.). "Nous allons mener différentes expérimentations et espérons proposer des services à partir de 2018", a confirmé Hitachi avec en ligne de mire deux ans plus tard les jeux Olympiques de Tokyo et leur flux de touristes en quête d'informations.
Cécile BOLESSE, avec AFP