BFM Business

Des étudiants de l’université de Washington créent un tricycle autonome

Capture YouTube

Capture YouTube - Université Washington Bothell

Ce n’était à la base qu’un poisson d’avril de Google, le voici concrétisé. Ce tricycle peut rouler pendant 25 kilomètres sans personne au guidon.

Le 31 mars dernier, les équipes de Google basées à Amsterdam publiaient une vidéo de présentation d’un prototype de vélo autonome, mais à la veille du 1er avril, ce n’était finalement qu'une farce. Un "fake", comme dit le jargon du web, mais qui a inspiré des étudiants de l’université de Washington Bothell.

Dirigée par le professeur Tyler Folsom, l’équipe a donc réalisé un tricycle capable de rouler seul jusqu’à 50 km/h environ (30 mph) pendant environ 25 kilomètres (15 miles).

L’idée de ce prototype est assez simple, puisqu’il est ici question "de déplacer les utilisateurs d’un point A à un point B plus rapidement qu’une voiture autonome et pour le dixième du prix", précise Tyler Folsom, ajoutant que ce tricycle permet en plus de lutter contre le réchauffement climatique.

Une puissance inférieure à celle d’un smartphone

Alors que les véhicules autonomes actuellement en phase de tests regorgent de capteurs extrêmement coûteux, ce tricycle autonome utiliserait une plateforme dont la puissance serait inférieure à celle d’un smartphone. On trouverait notamment cinq unités de calcul Arduino (le type n’est pas précisé), des capteurs à ultra-son pour détecter les obstacles et, évidemment, un système GPS.

Ensuite, pour se déplacer d’un point A à un point B, le tricycle utilise une cartographique stockée sur une carte SD installée dans l’un des Arduino. Ce dernier n’a alors plus qu’à calculer l’itinéraire le plus court en suivant la cartographie et en prenant en compte les intersections.

En l’état, il est évident que ce vélo n’est qu’un prototype (il n’a même pas de siège pour s’installer) qui sait accélérer, freiner et tourner. Il ne saurait sans doute pas gérer la complexité d’un trafic routier. Mais Tyler Folsom soutient qu’une grosse puissance de calcul n’est pas nécessaire pour le rendre totalement autonome.

Toujours selon Folsom, le coût de l’engin pourrait être d’environ 10.000 dollars, soit un peu plus de 9.000 euros, ce qui reste élevé pour un particulier, mais qui pourrait intéresser des professionnels des transports.

Visiblement, certains y croient déjà puisque si le professeur Folsom a pu constituer une équipe et réaliser ce prototype, c’est notamment grâce au soutien financier d’Amazon Catalyst: ce programme, qui subventionne les projets d’innovation des universités, a déjà investi 75.000 dollars (68.000 euros) dans ce projet.

Ci-dessous, la vidéo du "Poisson d’avril" de Google, qui lui était vraiment un vélo... à deux roues.