BFM Tech

Cet objet connecté va (peut-être) vous forcer à changer d'air

Flow, le capteur de pollution nomade.

Flow, le capteur de pollution nomade. - Plume Labs

La start-up Plume dévoile au CES un petit accessoire à porter sur soi, qui va vous permettre de déterminer précisément le niveau de particules fines, d’oxyde d’azote, d’ozone et de composés organiques volatils de votre environnement proche.

Deux ans après le lancement de l’application Plume Air Report qui collecte des données publiques pour établir une cartographie mondiale de la pollution, la start-up française Plume Labs présente Flow. Un capteur en aluminium et plastique de 180 grammes à fixer grâce une sangle en cuir sur son sac, son vélo ou une poussette pour savoir partout à quel degré de pollution on s’expose, que l’on soit chez soi ou à l’extérieur.

L’objet, tout en longueur, est équipé d’un capteur de particules fines, d’oxyde d’azote, d’ozone, de composés organiques volatils, de température et d’humidité. Il embarque également la technologie 360° Air Intake avec une entrée d’air circulaire pour des données plus rapides et précises.

L'application dédiée de Flow.
L'application dédiée de Flow. © Plume Labs

Si une première indication est donnée par les différentes LED de Flow, l'application dédiée est là pour décrypter les informations recueillies. Elle peut ainsi vous prévenir s'il est risqué d'aller faire un footing ou de promener votre bébé. Le logiciel est également capable de vous indiquer les endroits à proximité où l'air est moins chargé.

Mais le gros intérêt de Flow, c'est évidemment de parvenir à terme à constituer une cartographie collective de la pollution grâce à la participation de tous les utilisateurs. Pour que cela fonctionne, il faudra cependant que la communauté soit suffisamment étoffée. Ce sera la première fois, en tous cas, que des citoyens pourront mesurer la qualité de l'air de façon plus personnalisée que les données publiques qui sont modélisées pour représenter de larges zones de population.

Pas de date de sortie ni de prix, en revanche. On sait juste qu'une expérimentation grandeur nature va être lancée bientôt à Londres et que les précommandes devraient être ouvertes d'"ici quelques mois".

Retrouvez toute l’actualité du CES de Las Vegas sur 01net.com

Amélie Charnay