BFM Business

Ce robot réceptionniste ressemble à s'y méprendre à un être humain

-

- - NTU

Les robots humanoïdes sont de plus en plus réalistes et pourraient remplir de nombreuses tâches dans un futur pas si lointain.

Lorsqu’on regarde cette réceptionniste, on trouve que son regard est étrangement fixe. Puis, en l’observant un peu plus précisément on comprend pourquoi : Nadine est un robot. Mais pas n’importe quel robot puisque, d’après ses créateurs, elle a une personnalité.

Les scientifiques de l’université technologique de Nanyang à Singapour ont en effet conçu un robot capable de ressentir certaines émotions et de refléter des humeurs. Nadine a été programmée pour être triste ou joyeuse en fonction de la conversation. Ce qui signifie qu’elle peut reconnaître des mots et phrases spécifiques. Son logiciel d’intelligence artificielle fonctionne à la manière de Siri ou de Cortana.

Elle a également une bonne mémoire puisqu’elle peut se souvenir des conversations passées et reconnaître une personne (grâce à une interface de reconnaissance faciale) qu’elle a déjà vue et lui associer son prénom pour la saluer.

Nadine peut aussi serrer la main de ses interlocuteurs et les regarde dans les yeux pendant la conversation.

"Ces quatre dernières années, explique Nadia Thalmann, professeur en charge du projet, notre équipe a étudié de nombreuses technologies et disciplines, comme la linguistique ou la psychologie, pour transformer un ordinateur en un humain virtuel capable d’observer et d’interagir avec le public."

Pour la scientifique suisse, "les robots sociaux peuvent être une solution intéressante pour accompagner le vieillissement de la population". Et dans le futur, ils pourraient aussi surveiller des enfants ou servir d’aide dans des services de santé, imagine-t-elle.

Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus, Nadine est encore un projet de recherche : elle met encore trop de temps à répondre aux questions qu'on lui pose et ses mouvements ne sont pas encore très naturels. Mais elle pourrait un jour être commercialisée, estime l’université, qui ne donne toutefois aucun délai précis.

a lire aussi

CES 2015 : Aiko Chihira, le troublant robot féminin de Toshiba