BFM Tech

C'est officiel : les robots sont de très mauvais serveurs

Entre 2014 et 2015, en Chine de nombreux restaurants ont "embauché" des robots.

Entre 2014 et 2015, en Chine de nombreux restaurants ont "embauché" des robots. - -

Les robots serveurs ont une bonne tête et amusent la galerie, mais ne font pas bien leur travail, ont constaté amèrement plusieurs restaurants qui en avaient fait l'acquisition.

En 2015, trois restaurants de la chaîne Heweilai à Guangzhou en Chine avaient embauché des robots pour attirer la clientèle et faire baisser les charges salariales. Ce n’était peut-être pas une si bonne idée : deux établissements ont fermé et le troisième a « licencié » ses robots.

Le site chinois Shanghaiist raconte que contrairement aux espérances de ces différents restaurants, les robots étaient incapables d’effectuer les tâches basiques qu’on leur confiait et que les clients s’en plaignaient sans cesse auprès des serveurs. "Les robots n’arrivaient pas à porter les bols de soupe ou des assiettes sans les renverser", a ainsi déclaré un employé. "Leurs compétences étaient trop limitées, ajoute une autre serveuse. Ils n’arrivaient ni à prendre une commande ni à verser de l’eau aux clients."

Autre défaut, ces robots devant suivre des cheminements prédéterminés au sein de la salle, des collisions avaient régulièrement lieu avec des clients.

Des coûts cachés

Finalement, a expliqué le patron du dernier établissement, "ces robots ne savait faire qu’une chose : attirer la clientèle, mais n’ont absolument pas fait baisser le besoin de serveurs humains".

Non seulement ils étaient maladroits, mais en plus ces robots tombaient en panne et coûtaient cher. Pour acquérir un serveur robotisé, il fallait débourser 50.000 yuans (près de 6.800 euros). A cela se sont ajoutés les centaines de yuans qu’il fallait dépenser pour chaque réparation et leur consommation électrique. Même si cela reste inférieur au coût d’un serveur humain, le jeu n’en valait pas la chandelle.

Pour le vice-président de l’université technologique de Guangdong, si les robots sont de bons outils pour améliorer la productivité dans l’industrie où les tâches sont répétitives, ils ne sont pas encore capables d’agir dans des univers où il y a de nombreuses interactions avec des êtres humains.

Le rêve de certains employeurs de remplacer tous leurs salariés par des robots n’est pas encore près de se réaliser !