BFM Business

Le PDG placé par Vivendi à la tête de Telecom Italia a été renvoyé

Le conseil d'administration de Telecom Italia a démis de toutes ses fonctions l'administrateur délégué du groupe, Amos Genish.

Le conseil d'administration de Telecom Italia a démis de toutes ses fonctions l'administrateur délégué du groupe, Amos Genish. - YASUYOSHI CHIBA-AFP

Le conseil d'administration de Telecom Italia a démis de toutes ses fonctions l'administrateur délégué du groupe, Amos Genish. Vivendi l'avait placé à la tête de l'opérateur italien désormais contrôlé par le fonds activiste Elliott.

Vivendi a perdu la direction générale de Telecom Italia dont il détient encore 24% du capital. Le PDG qu'il avait mis à la tête de l'opérateur italien lorsqu'il contrôlait le conseil d'administration (CA) de Telecom Italia (Tim), Amosh Genish, a été démis de toutes ses fonctions.

Le nouveau conseil d'administration, contrôlé par le fonds activiste Elliott, "a révoqué, avec une décision prise à la majorité et avec effet immédiat, tous les pouvoirs conférés au conseiller Amos Genish" a indiqué l'opérateur italien.

Une autre réunion est prévue dimanche prochaine pour désigner un nouvel administrateur délégué, a ajouté le CA, tout en remerciant Amosh Genish "pour le travail effectué dans l'intérêt de la société et de ses actionnaires au cours des 14 mois d'activité intense" depuis sa nomination à la tête de Tim.

Perte trimestrielle d'1,4 milliard d'euros pour Telecom Italia

Le départ de l'homme de Vivendi à la tête de l'opérateur survient alors que Telecom Italia a subi au troisième trimestre 2018 une perte de quelque 1,4 milliard d'euros, contre un bénéfice de 437 millions un an plus tôt, en raison de dévaluations d'actifs. Sur les neuf premiers mois de 2018, la perte nette de l'opérateur italien de télécommunications atteint 868 millions d'euros, contre un bénéfice de 1,03 milliard en 2017. Par conséquent, le groupe n'a pas pu confirmer son objectif pour 2018.

Pour son principal actionnaire à 24%, le groupe français Vivendi, la faute en est à la gouvernance de Telecom Italia, dominée par le fonds Elliott depuis sa prise de contrôle du conseil d'administration (CA) en mai 2018.

F.B avec AFP