Tech&Co
Tech

Le ministère des Armées va recruter des auteurs de science-fiction et des futurologues

Florence Parly, ministre des armées.

Florence Parly, ministre des armées. - ANWAR AMRO / AFP

Baptisée la "Red Team", la nouvelle cellule du ministère des Armées composée d'auteurs de science-fiction et de futurologues aura pour mission de proposer des "scénarios de disruption" pour anticiper l'arrivée des technologies de demain et leurs conséquences en matière de stratégie de défense.

Ce sera une nouvelle équipe entièrement dédiée à l’innovation technologique en matière de défense. Dans un document intitulé "Imaginer au-delà" et repéré par le site spécialisé opex360, le ministère des Armées annonce la création d’une cellule composée d’auteurs de science-fiction et de futurologues dont la mission sera d’anticiper les "ruptures technologiques à venir" pour évaluer "la nature et la forme des menaces futures".

Constituée par l’Agence Innovation Défense et la DGRIS (Direction générale des relations internationales et de la stratégie), cette équipe de quatre à cinq membres sera baptisée la "Red Team".

"L'objectif est d'orienter les efforts d’innovation en imaginant et en réfléchissant à des solutions permettant de se doter de capacités disruptives ou de s’en prémunir", poursuit le ministère des Armées. En clair, il s’agira pour cette nouvelle cellule de proposer des "scénarios de disruption" afin d’anticiper l’arrivée et les effets des technologies de demain.

Travaux confidentiels

"Transformer la difficulté en opportunité", tel est l’enjeu de la "Red Team" qui devra fournir des "éléments de prospective" pour permettre de réfléchir aux conséquences stratégiques de l'arrivée de nouvelles technologies. Elle sera également amenée à fournir, par des notes de synthèse, des "scenarii de menaces" ainsi que des "préconisations en vue de fournir une aide à la décision" aux différentes armées, directions et services.

Si l’existence de la "Red Team" est publique, ses travaux resteront totalement confidentiels, "compte tenu de leur sensibilité et pour se prémunir d’inspirer de potentiels adversaires", conclut le ministère des Armées.

Paul Louis