BFM Business

L'ex-responsable de la modération de TikTok était un proche du gouvernement chinois

L'ancien responsable de la modération de TikTok était un proche du gouvernement chinois

L'ancien responsable de la modération de TikTok était un proche du gouvernement chinois - Mario TAMA © 2019 AFP

Le Financial Times révèle qu'un ancien haut-fonctionnaire chinois était en charge de la modération sur TikTok. Il avait travaillé pendant quatre ans à l'ambassade de Chine à Téhéran.

Depuis plusieurs mois, le gouvernement américain accuse, sans preuves, l'application TikTok d'espionner ses utilisateurs au profit de Pékin. ByteDance, son propriétaire, a toujours nié avoir un lien avec le gouvernement chinois. Mais une enquête du Financial Times risque de mettre à mal la défense de TikTok.

Le quotidien britannique révèle qu'un ancien haut-fonctionnaire chinois âgé d'une vingtaine d'années était en charge de la modération sur TikTok à partir de 2018. Cai Zheng avait auparavant travaillé à l'ambassade de Chine à Téhéran pendant quatre ans, selon son profil LinkedIn, désormais supprimé.

TikTok nie toute influence du gouvernement chinois

Chez TikTok, il dirigeait l'équipe chargée de décider quels contenus étaient autorisés ou non, à l'époque où l'application est devenue populaire. Pour rappel, TikTok est un produit destiné aux utilisateurs internationaux, les Chinois ayant leur propre application, appelée Douyin. Concernant cette version, ByteDance n'a jamais caché être en mesure de fournir des informations sur ses utilisateurs si le gouvernement chinois le lui demandait.

Ces révélations décrédibilisent le discours de ByteDance qui a toujours nié une quelconque influence du gouvernement chinois sur les opérations de TikTok.

Selon plusieurs sources, Cai Zheng n'est pas un idéologue du parti communiste. Mais son passé a pu influencer la façon dont lui et son équipe de jeunes analystes, chinois pour la plupart, ont élaboré une stratégie visant à éviter les contenus controversés sur la plateforme.

TikTok accusé de censure

TikTok a fait l'objet de nombreuses critiques concernant la modération de ses contenus. L'année dernière, l'application avait été accusée d'avoir supprimé la vidéo d'une adolescente qui dénonçait la détention de musulmans en Chine. Selon le Guardian, TikTok aurait aussi interdit les vidéos traitant de l'indépendance du Tibet et de Taiwan, ou encore du massacre de la place Tiananmen.

ByteDance a depuis changé de stratégie. Les règles de modération ne sont plus établies par une équipe unique en Chine. Le bureau principal en charge de ces sujets est désormais installé à Los Angeles et trois centres ont été implantés à Dublin, Singapour et dans la Silicon Valley. Ils rendraient ensuite compte de leur travail à une employée chinoise de ByteDance.

Mais les salariés chargés de sélectionner les contenus les plus populaires sur la plateforme sont encore majoritairement installés en Chine. Ils ont le pouvoir de pousser ou d'invisibiliser certains sujets.

TikTok est menacé aux Etats-Unis

L'enquête du Financial Times intervient alors que l'application est menacée aux Etats-Unis. TikTok pourrait être supprimée le 12 novembre prochain. Pour demeurer actif aux Etats-Unis, TikTok a consenti à un accord pour créer une nouvelle société baptisée TikTok Global, avec Oracle en tant que partenaire technologique aux Etats-Unis et Walmart en tant que partenaire commercial.

Il y aurait ainsi une prise de participation de 12,5% d'Oracle et de 7,5% de Walmart. Les Américains détiendraient alors quatre des cinq sièges au conseil d'administration. Mais ByteDance a fait savoir qu'après une pré-introduction en Bourse, elle garderait à 80% du contrôle de la nouvelle entité. Donald Trump a alors martelé qu'il ne donnerait jamais son accord si le nouveau groupe restait sous contrôle chinois.

L'enjeu est immense pour TikTok qui a déjà perdu l'un de ses plus gros marchés, l'Inde, où l'application est interdite depuis juin dernier. TikTok compte plus de 800 millions d'utilisateurs dans le monde, dont 100 millions aux Etats-Unis. Au début de l'été, elle gagnait plus de 400.000 nouveaux utilisateurs américains par jour.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech