BFM Business

L'Australie fait plier Facebook, qui devra restaurer les contenus d'actualité

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook.

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook. - Jim Watson-AFP

Le réseau social avait bloqué les contenus d'actualité sur sa version australienne, pour protester contre une loi visant à rémunérer les médias pour la reprise de leurs contenus.

Facebook et l'Australie trouvent enfin un terrain d'entente. Le réseau social a annoncé ce mardi la levée "dans les prochains jours" du blocage dans le pays des contenus d'actualité, le gouvernement ayant accepté d'amender la loi visant à contraindre les géants de la tech à rémunérer les médias pour la reprise de leurs contenus.

Le ministre australien des Finances, Josh Frydenberg, et le directeur général de Facebook Australia, Will Easton, ont indiqué avoir trouvé un compromis sur un des points clés de ce texte auquel les géants américains du secteur sont farouchement opposés.

"Grâce à ces changements, nous pouvons désormais travailler à poursuivre notre investissement dans un journalisme d'intérêt public et rétablir dans les jours à venir pour les Australiens les informations sur Facebook", a déclaré Will Easton.

Des pages officielles affectées

La semaine dernière, Facebook avait bloqué la publication de liens renvoyant vers des articles d'actualité et les pages des médias du pays.

Plusieurs pages Facebook officielles de services de secours avaient également été involontairement affectées. Cette mesure de rétorsion avait suscité l'indignation de l'Australie ainsi que de nombreux pays.

Le compromis signifie que les mastodontes Facebook et Google - particulièrement visés par ce projet de loi - ne devraient pas être sanctionnés tant qu'ils concluront des accords avec des médias en échange de l'utilisation de leurs contenus.

Google, qui menaçait de retirer son moteur de recherche en Australie, a pour sa part passé un accord avec le groupe de médias de Rupert Murdoch, News Corp. – qui comprend The Wall Street Journal, The New York Post, The Times, The Sun, ou encore The Australian… Le groupe a consenti à verser des "sommes significatives" en contrepartie des contenus de ces titres de presse qui apparaîtront sur sa plateforme lancée en 2020: News Showcase.

ET avec AFP