Tech&Co
Tech

Facebook bannit des administrateurs du groupe “Le convoi de la liberté”

Des internautes à l’origine du groupe sont accusés d’avoir cherché à manipuler des membres du réseau social pour faire gonfler la popularité de leur mouvement.

Sur la messagerie Telegram, des administrateurs du groupe Facebook “Le convoi de la liberté” sont furieux. Certains d’entre eux annoncent avoir été bannis de la plateforme, évoquant une volonté de censure de la part du réseau social. Auprès de BFMTV, Facebook précise que ces sanctions sont en réalité liées à des comportements interdits par ses conditions d’utilisation.

La chaîne Telegram du "convoi de la liberté"
La chaîne Telegram du "convoi de la liberté" © BFMTV

“Comportement non authentique”

“En France, comme dans d’autres pays, nous avons supprimé des groupes, des comptes personnels et des pages concernant ces mouvements de protestation pour avoir enfreint plusieurs des règles de nos plateformes, notamment pour avoir spammé et trompé des gens pour monétiser leur intérêt pour ce mouvement” annonce Facebook à BFMTV, précisant qu'il s'agit d'une mesure qui n'est pas propre à la France.

Si le groupe “Le convoi de la liberté” n’a fait l’objet d’aucune sanction en lui-même, certains de ses administrateurs ont vu leur compte Facebook désactivé, a pu constater BFMTV.

Plusieurs comptes d’administrateurs du groupe Facebook “Le convoi de la liberté” ont été suspendus pour avoir enfreint les règles liées aux “comportement non authentique”, selon les termes utilisés par la plateforme américaine dans ses conditions d’utilisation.

Dans le cadre du mouvement de contestation français, les sanctions pourraient ainsi être liées à une volonté de certains administrateurs du groupe “Le convoi de la liberté” “d’augmenter de manière artificielle la popularité de leur contenu”, toujours selon les termes des conditions de Facebook.

Près de 360.000 abonnés

Bien que l’entreprise ne précise pas la nature des comportements visés, son règlement au sujet des “comportements non authentiques” interdit dans les faits de multiplier des faux comptes ou des faux groupes pour simuler une popularité artificielle, afin d’attirer d’authentiques utilisateurs vers un contenu.

Les sanctions prises par Facebook laissent entendre que plusieurs administrateurs de ce groupe ont pu créer des comptes et groupes fictifs pour encourager le mouvement, en augmentant sa présence sur les fils d’actualité des internautes français.

En quinze jours, le groupe “Le convoi de la liberté” a considérablement gagné en popularité. Il comptait 40.000 abonnés au 28 janvier, contre 360.000 ce 11 février. Le fil Telegram de ce groupe affiche quant à lui près de 27.000 abonnés.

Le convoi, qui s’est lancé de plusieurs villes françaises en milieu de semaine, doit arriver à Paris à partir de ce vendredi. La manifestation a toutefois été interdite par la préfecture ce 10 février.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech