BFM Business

Le hacker qui aurait piraté 117 millions de mots de passe LinkedIn a été arrêté

-

- - Capture YouTube

Un homme russe a été mis sous écrou à la suite d'une action de police coordonnée par Interpol et le FBI. Il devrait être extradé aux Etats-Unis.

La police tchèque vient d’annoncer l’arrestation d’un hacker russe de 29 ans appelé Yevgeny Nikulin, soupçonné d’avoir participé au piratage de la base d’utilisateurs du réseau social LinkedIn. L'homme s'est fait arrêter le 5 octobre dans un restaurant, en compagnie de son amie avec qui il logeait dans un hôtel 5 étoiles. La police a publié des séquences vidéo de l'arrestation, qui a été coordonnée en collaboration avec Interpol et le FBI.

En 2012, LinkedIn s’était fait voler plus de 117 millions de mots de passe qui, en mai dernier, se sont finalement retrouvés en vente sur le Darkweb par un pirate qui se fait appeler "Peace". Selon Motherboard, le réseau social se félicite de cette arrestation tout en remerciant le FBI pour les efforts déployés pour localiser et capturer cette personne. Rien n'indique à ce stade que M. Nikulin est effectivement la personne qui se cache derrière le pseudonyme Peace. Celle-ci n'est peut-être qu'un autre membre du même groupe responsable de ce piratage, voire même qu'un simple revendeur. En tous les cas, la personne arrêtée n'aurait à priori aucun rapport avec les piratages récents du parti démocrate ou des listes électorales américaines.

Toutefois, le hacker russe a tout de même provoqué un incident diplomatique. Les Etats-Unis réclament l'extradition de M. Nikulin aux Etats-Unis, à la grande colère des autorités russes qui estiment que cette personne doit retourner en Russie. Le pouvoir judiciaire tchèque doit maintenant décider du sort de ce pirate présumé.