BFM Tech

Un pétition pour empêcher la sortie d'un jeu vidéo sur une tuerie de masse

Le jeu Active Shooter propose au joueur d'incarner soit un membre du SWAT soit le tireur de masse.

Le jeu Active Shooter propose au joueur d'incarner soit un membre du SWAT soit le tireur de masse. - DR

Une mère de famille américaine avait lancé une pétition pour faire interdire le jeu vidéo Active Shooter dans lequel le joueur pouvait incarner un tireur dans une école. Il devait sortir le 6 juin sur la plateforme Steam mais il en a finalement été retiré. Une petite victoire.

Mise à jour du 30 mai 2018: La société Valve a supprimé Active Shooter de sa plateforme de distribution de jeu vidéo, Steam, rapporte Motherboard ce mercredi. Le profil de son créateur, ACID, a également été supprimé. "Ce développeur et éditeur est, en fait, une personne qui s'appelle Ata Berdiyev, et qui avait été retiré l'automne dernier'', a expliqué Valve. "Ata est un troll qui est connu pour abuser les utilisateurs". 

L'auteure de la pétition a salué la décision de Valve via un post intitulé "Nous avons réussi". "C'est une excellente nouvelle qui nous rappelle à tous que nous pouvons changer les choses en prenant la parole. (...) Votre voix compte. Merci à tous d'avoir défendu ce projet!", a écrit Stephanie Robinett.

Des développeurs ont fait de la tuerie de masse un jeu vidéo. Dans Active Shooter, le joueur peut incarner soit un membre du SWAT (unité de police américaine spécialisée qui intervient lors des missions dangereuses) soit le tueur de masse. Dans le premier rôle, l’utilisateur doit guider ses équipes et neutraliser la menace tandis que dans l’autre, il faut faire le plus de victimes possible.

La sortie du jeu conçu par les studios Revived Games et Acid est prévue pour le 6 juin. Il a été validé par la plateforme de téléchargement de jeux vidéo Steam. Mais dans le contexte actuel, cela ne passe pas. Depuis le début de l’année, 22 tueries de masse ont eu lieu aux Etats-Unis (et 101 en tout). 

Une pétition récolte 18.000 signatures en trois jours 

Une pétition a été lancée par une Américaine, Stéphanie Robinett, sur Change.org. Elle espère empêcher la sortie du jeu. "Comment peut-on dormir la nuit en sachant qu’ils se font de l’argent en transformant des fusillades meurtrières dans les écoles en divertissement?", écrit cette mère de trois enfants.

Le joueur peut incarner le tireur de masse
Le joueur peut incarner le tireur de masse © DR

Trois jours après le lancement, elle a déjà récolté plus de 18.000 signatures. La pétition est adressée à quatre personnes. Deux qui semblent être celles à l’origine du jeu ainsi que la plateforme Steam et son développeur, la Valve Corporation.

L'éditeur d'Active Shooter se défend 

Après la polémique, ACID a publié un communiqué indiquant qu'Active Shooter était avant tout une simulation basée sur les membres du SWAT. Il dit avoir écrit à Steam et attendre son retour. "Après avoir reçu tant de critiques et de haine, je retirerai sûrement le rôle du tireur dans le jeu. Sauf s’il peut être gardé comme il l’est en ce moment." Il ajoute que d'autres jeux sont bien pire que Active Shooter comme Hatred ou Postal. 

Selon nos confrères de Numerama, Revived Game réfléchirait également à un mode "survie" où le joueur incarne un civil qui doit échapper au tueur. Par contre, nul ne sait s'il choisira d'intégrer des élèves garçons dans le scénario du jeu. Car sur la bande-annonce, le tireur ne tue que des jeunes femmes. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech