BFM Business

Comment le patron de Snapchat est devenu français

-

- - -

Evan Spiegel, le fondateur de Snapchat, a discrètement obtenu la nationalité française fin 2018. Cet Américain francophile qui a toujours vécu à Los Angeles a bénéficié d'un régime de faveur pour obtenir la nationalité française.

Evan Spiegel adore la France. Le fantasque fondateur de Snapchat qui a eu une vie de rêve dans les quartiers huppés de Los Angeles n'a d'yeux que que pour notre pays. Selon Les Echos, l'entrepreneur de 29 ans est devenu français en septembre 2018, ainsi que son jeune fils d'un an et demi. Il n'a pas renoncé à la nationalité américaine mais bénéficie désormais de la double nationalité. 

Une naturalisation qui peut surprendre tant on a du mal à voir les liens entre la France et l'application de messagerie préférée des adolescents. Mais la passion d'Evan Spiegel est personnelle selon la société.

"Honnêtement, il adore la France, assure la directrice de la communication de Snapchat dans Les Echos. Il vient plusieurs fois par an et apprend la langue depuis plusieurs années." En revanche, l'Américain n'y dispose pas de résidence.

Ce qui aurait dû poser problème pour l'obtention de sa nationalité. Evan Spiegel a été naturalisé au titre de l'article 21-21 du Code civil qui permet au ministère des Affaires étrangères d'accorder la nationalité française à "un étranger francophone qui en fait la demande et qui contribue par son action émérite au rayonnement de la France et à la prospérité des relations économiques internationales." Des demandes relativement rares puisqu'elles ne dépassent pas plus d'une vingtaine de dossiers par an.

Difficile de mesurer en quoi l'Américain participe au rayonnement de la France et à la prospérité des relations économiques internationales. Certes, Snapchat dispose d'un siège en France mais comme la plupart des grandes entreprises américaines du numérique.

Par ailleurs, pour obtenir la naturalisation, la personne qui en fait la demande doit disposer d'une résidence habituelle dans l'Hexagone. Or Evan Spiegel vit à Los Angeles et la directrice de communication de Snapchat assure qu'il ne dispose d'aucun appartement en France. Mais ses séjours français peuvent être considérés comme une résidence s'il "exerce une activité professionnelle publique ou privée pour le compte de l'Etat français ou d'un organisme dont l'activité présente un intérêt particulier pour l'économie ou la culture française", comme le prévoit le Code civil. Là encore la condition ne semble pas particulièrement validée pour le milliardaire américain. 

Interrogée par les Echos, la société Snapchat met en avant ses accointances avec la France, rappelle que la start-up a racheté la pépite française Zenly en 2017 pour 300 millions de dollars et a ouvert dans l'Hexagone son deuxième bureau en dehors des Etats-Unis après le Royaume-Uni et y a embauché 80 personnes. La France qui cherche à attirer des investisseurs étrangers de la tech a sans doute été sensible à l'attention que lui portait un des patrons américains les plus en vue dont la fortune est estimée à 3,3 milliards de dollars.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco