BFM Business

Après les médias, Daniel Kretinsky fait son entrée sur le marché français de l’énergie

Daniel Kretinsky vient de prendre une participation minoritaire dans Le Monde.

Daniel Kretinsky vient de prendre une participation minoritaire dans Le Monde. - Tolga Akmen - AFP

L’homme d’affaires tchèque, qui vient d’entrer au capital du Monde, négocie la reprise des actifs français de l’allemand Uniper, comprenant deux centrales à charbon.

Le groupe d'énergie allemand Uniper a annoncé ce lundi qu'il s'apprêtait à négocier la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, qui se présente comme le 6ème groupe d'énergie en Europe.

Son principal actionnaire et président du Conseil d'administration est Daniel Kretinsky, 43 ans, cinquième fortune tchèque, qui vient d'entrer au capital du journal Le Monde et détient l’hebdomadaire Marianne.

L'offre d'EPH "unilatérale et contraignante" vise notamment deux centrales à charbon exploitées par Uniper, à Gardanne (Bouches-du-Rhône) et à Saint-Avold (Moselle), appelées à être fermées.

Uniper emploie 500 personnes en France

Paris a en effet confirmé fin novembre sa volonté de fermer d'ici 2022 les quatre centrales à charbon encore actives en France dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). 

Ces visées du gouvernement français, défendues en juin par l'ancien ministre français de la Transition écologique Nicolas Hulot, avaient amené Uniper à présenter en août un plan pour reconsidérer l'avenir de ses activités en France. "La décision du directoire d'Uniper d'engager des négociations exclusives avec EPH constitue une étape importante à cet égard" peut-on lire dans le communiqué d'Uniper.

A côté de la production et la distribution d'énergie à partir de centrales au charbon et au gaz, Uniper exploite également, en France, des parcs dans l'éolien et le solaire et y emploie en tout près de 500 personnes, sur 12.000 dans le monde.

Y.D. avec AFP