Tech&Co
Tech

A Lyon, des étudiants utilisent ChatGPT pour rédiger leur devoir... avant de se faire attraper

Un professeur a trouvé des similitudes entre plusieurs copies d’étudiants. Ils ont avoué avoir eu recours à l’intelligence artificielle ChatGPT pour rédiger leur devoir.

Ce sont des similitudes qui ont mis la puce à l’oreille de Stéphane Bonvallet. Ce professeur en handicapologie, intervenu à la faculté de Lyon par le passé, avait demandé un devoir maison à des élèves -sans divulguer le cadre de l'enseignement, contrairement aux premières informations- sur "les grands traits de l’approche médicale du handicap en Europe". Lors de la correction, il repère une construction identique, des arguments se ressemblant, mais sans jamais tourner au plagiat.

Pas directement de la triche

Face au doute de triche, Stéphane Bonvallet raconte au Progrès en avoir discuté directement avec une étudiante. Elle reconnaît alors que la moitié de la promotion de 14 élèves ont eu recours à ChatGPT. Cette intelligence artificielle est l’outil phare du moment et bluffe le monde entier.

Le professeur a été bien embêté face à cet aveu. Il ne s’agit pas directement d’une triche. "N’ayant pas de cadre interdisant actuellement cette pratique, j’ai été contraint de les noter", explique Stéphane Bonvallet au quotidien local. Avec des notes allant de 10 à 12,5, l’enseignant a conclu que les sept devoirs issus de ChatGPT auraient tous 11,75.

"Cette pratique m’inquiète", assure Stéphane Bonvallet. "Elle pose un véritable problème d’intégration des savoirs, car les élèves n’ont plus besoin d’effectuer la moindre recherche pour composer."

ChatGPT interdit à New York

Surtout que l’usage de la super IA se généraliserait. Parmi ses collègues, les trois quarts ont été confrontés à des devoirs louches au cours des dernières semaines. Le recours à ChatGPT serait particulièrement répandu dans les lycées, explique le professeur. Il reconnaît néanmoins ne jamais avoir pensé qu’une intelligence artificielle serait assez puissante pour rédiger des devoirs à la place d’élèves en Master.

Aux Etats-Unis, les écoles ont déjà tranché. L’usage de ChatGPT a été interdit dans les établissements new-yorkais. Là encore, les effets négatifs sur l’apprentissage sont pointés du doigt. Capable de générer à peu près n’importe quoi, des devoirs scolaires aux histoires drôles en passant par les recettes de cuisine, le corps enseignant s’inquiète surtout de l’exactitude des contenus générés. Depuis son lancement, plusieurs utilisateurs se sont rendus compte que les textes de ChatGPT pouvaient contenir des fausses informations et des explications trompeuses.

Pas de lien entre le professeur et l'université lyonnaise

Selon les informations de BFM Lyon, la faculté de Lyon 1 dément tout lien avec l'enseignant. En 2016, Stéphane Bonvallet a bien donné une conférence au sein de l'université dans le master handicap sensoriels et cognitifs. Mais aucune collaboration n'a été organisé depuis. Le compte vacataire du conférencier a d'ailleurs été supprimé par l'université en 2019. Sur son blog, Stéphane Bonvallet assure aujourd'hui n'avoir jamais donné d'informations précises sur le cursus en question.

Pierre Monnier