BFM Tech

50.000 accros au vélo participent au premier Tour de France virtuel

En juillet, des milliers de cyclistes participent à un tour de France virtuel sur Zwift

En juillet, des milliers de cyclistes participent à un tour de France virtuel sur Zwift - Zwift

Le Tour de France a été reporté à septembre, mais un logiciel de cyclisme a permis de le maintenir virtuellement en juillet. Plus de 50.000 participants disputent des étapes de la course mythique.

Cette année, le Tour de France n'aura pas lieu en juillet, mais en septembre à cause des règles sanitaires imposées par le Covid 19. Ce report a été l'occasion d'organiser aux dates habituelles un tour de France virtuel.

Cette compétition organisée par ASO, l'organisateur officiel du Tour de France, avec Zwift, l'éditeur du logiciel de simulation de courses cyclistes se déroule entre le 4 et le 19 juillet. Ce Tour se déroule en trois étapes les trois premiers week-ends de juillet entre Nice et l'Observatoire du Mont Ventoux.

Cette compétition est un succès avec 88.953 inscrits et entre 45.000 et 55.000 participants (10% de femmes) de 133 nationalités pour chaque étape. Leur but: tester leurs performances et se mesurer aux meilleurs des professionnels.

Les coureurs, des femmes et des hommes qui participent en individuels ou en équipe, effectuent des parcours identique à ceux de la course officielle. Un groupe d'amis a créé The Punchers Club, la 1ère équipe de cyclisme virtuel de France. Leur histoire a démarré pendant le confinement.

Pendant cette période, des amateurs et des professionnels, comme Alberto Contador ou Julian Alaphilippe se sont mis sur Zwift pour courir ensemble ce qui a permis à cette discipline d'émerger auprès du public", explique à BFMTV Carine Arasa, cofondatrice de The Punchers Club.

Une discipline à part entière

Des fans de cyclisme ont été jusqu'à dédier un espace de leur logement à cette activité. Comme Jean-Baptiste Messant, membre de Frenchy Fuzion, une ligue de cyclisme virtuel, qui a installé son vélo et celui de son fils dans une pièce peinte aux couleurs de l'appli. Il suit le parcours sur un écran sur lequel il voit sa position, celles des autres coureurs, mais aussi les paysages qu'il traverse.

Jean-Baptiste Messant a installé une salle de cyclisme familiale dans son appartement
Jean-Baptiste Messant a installé une salle de cyclisme familiale dans son appartement © Jean-Baptiste Messant - Frenchy Fuzion

Cet engouement a vraiment explosé pendant le confinement. Pour preuve, la pénurie de home-trainers connectés ou non sur les sites spécialisés. Cette discipline a fait découvrir les joies de se retrouver pour des courses seul ou en groupe. Zwift propose des parcours réel ou imaginaires avec des compétitions ouvertes à tous.

Même en virtuel, il faudra tout donner pour monter les cols
Même en virtuel, il faudra tout donner pour monter les cols © Zwift

Mais attention, virtuel ne veut pas dire que cette compétion se déroule allongé sur un canapé une manette de jeux à la main. Il faudra pédaler réellement en transformant son vélo de course en vélo d'appartement grâce à un home-trainers compatible avec le logiciel de simulation de courses cyclistes.

L'inscription à Zwift coûte une quinzaine d'euros par mois. Il faut aussi compter au moins 400 euros et jusqu'à plusieurs milliers d'euros pour un appareil d'entraînement compatible et connecté à un PC (Mac ou Windows) ou à un appareil mobile (iOS ou Android).

Des courses loin d'être vraiment virtuelles

Les montées et les sprints ne sont pas factices et mieux vaut prévoir une tenue adaptée et des gourdes bien remplies. L'appareil agit sur la roue arrière du vélo pour simuler parfaitement le relief des parcours. Certains coureurs estiment même que les courses virtuelles sont parfois plus éprouvantes que les réelles.

"Lors des vrais compétition, on peut se reposer dans le pelotons pour profiter de l'aspiration des autres coureurs, mais lors des courses virtuelles aucun repos n'est possible pendant les épreuves", explique un membre de l'équipe du Punchers Club.

Cette pratique sportive qui pouvaient sembler ludique il y a peu a gagné ses lettres de noblesse chez les sportifs. Pour preuve, Strava, l'application de suivi des activités sportives établit désormais les statistiques des performances des cyclistes virtuels.

Quant à ceux qui pourraient penser que cette nouvelle discipline sportive s'éteindra avec l'après Covid, les Zwifteurs pensent l'exact contraire. "Elle va se poursuivre pour permettre de faire du vélo quand le temps ne permet pas de pratique en extérieur, en hiver ou période de canicule", assure une cycliste.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco