BFM Immo

Un Parisien paye en moyenne 2.171,67 euros de charges annuelles de copropriété

Les charges de copropriété ont augmenté à Paris

Les charges de copropriété ont augmenté à Paris - 139904 - Pixabay

Entre 2017 et 2018, ces charges ont progressé de 7,56%. C’est le coût de l’assurance qui a le plus augmenté.

Entre 2103 et 2017, les charges de copropriétés à Paris avaient connu une période d’accalmie. Mais celle-ci a pris fin. En effet, selon les chiffres de l’observatoire de copropriété de la Fnaim, qui a étudié 91.212 lots soit 3.171 immeubles à Paris, entre 2017 et 2018, les charges ont progressé en moyenne de 7,56%. Sur un an, leur montant moyen atteint 2.171,67 euros par lot ou 38,79 euros par mètre carré.

Les honoraires des syndics ne sont pas directement à l’origine de cette envolée, du fait de “l’intégration de nombreux services dans le forfait”. Ainsi, après l’augmentation induite par loi ALUR (+11% en 2015, + 18% entre 2013-2015), les honoraires de gestion des syndics ont connu une stabilisation depuis 2016. Entre 2017 et 2018, ils ont même baissé de 0,6%. Ce qui représente 3,48 euros par mètre carré. Les honoraires globaux (hors forfait) des syndics ont, eux, augmenté de 1,19%.

La part des travaux progresse

En revanche, les autres postes ont clairement explosé. A commencer par le montant des primes d’assurance. Entre 2017 et 2018, elle ont augmenté de 11,72% pour atteindre 1,99 euro par mètre carré. L’eau a pris 9,32% (2,24 euros par mètre carré), les salaires et charges 8,23% (9,12 euros par mètre carré), les ascenseurs 7,22% (2,22 euros par mètre carré), les impôts et taxes 7% (1,47 euros par mètre carré), le chauffage collectif 5,34% (5,23 euros par mètre carré) et l’électricité 4,94% (1,65 euros par mètre carré).

La part d’investissement consacrée aux travaux continue de progresser. Le ratio travaux/charges en 2018 était de 1,77 contre 1,58 en 2015. Cela signifie que pour 1 euro dépensé en charges, 1,77 est consacré au travaux. Les copropriétés parisiennes investissent chaque année 2,70 milliards d’euros dans les travaux.

Diane Lacaze