BFM Immo

Les prix très disparates à Grenoble

Des prix en baisse de 3 % à Grenoble

Des prix en baisse de 3 % à Grenoble - dr

Tour d’horizon rapide du marché immobilier de Grenoble.

L’été s’annonce calme pour les agences immobilières de la capitale des Alpes. « Le marché tourne au ralenti », concède Michel Gamby, responsable de l’agence Laforêt de la place Notre Dame. L’offre de logements disponibles reste globalement insuffisante, et souvent inadaptée à une demande rendue prudente par la crise. Les logements considérés comme ayant des défauts sont les premiers touchés, d’autant que leurs vendeurs ont encore du mal à accepter les décotes nécessaires à une vente rapide. Pour autant, une étude récente du Crédit Foncier mentionne la bonne résistance des « logements énergivores des années 1960/1970 », qui représentent « environ les deux tiers » du parc de l’agglomération grenobloise, et « trouvent toutefois preneur dans la mesure où ils correspondent au budget d’une clientèle peu aisée ».

Selon les chiffres des notaires, le prix médian du mètre carré à Grenoble est aujourd’hui de l’ordre de 2 300 €, en baisse de 3 % par rapport à l’année dernière. Cependant, de grandes disparités perdurent : au sud des grands boulevards, dans les quartiers de Villeneuve, biens se vendent rarement à plus de 1700 €/m², alors que dans les secteurs de la Caserne de Bonne ou d’Europôle, les prix peuvent dépasser les 3000 €/m².

Quelques transactions récentes :

  • Appartement de trois pièces construit en 1999, 76m², quartier Vigny Musset : en vente à 118 000€
  • Appartement de quatre pièces, 100 m², à rénover dans le centre historique : vendu 200 000€
  • Appartement de cinq pièces, 123m², quartier Île Verte (dans l’une des trois tours) : vendu 210 000€
Camille Hazard