BFM Immo
Immobilier Neuf

Logement neuf : Beaucoup plus de constructions que prévu en France, et depuis des années !

Les chiffres de la construction revus à la hausse

Les chiffres de la construction revus à la hausse - Fotolia

A l'occasion de la publication des chiffres de la construction, le ministère du Logement annonce avoir revu à plat sa méthodologie : depuis 2000, ce sont des centaines de milliers de mises en chantier qui n'ont pas été prises en compte dans les calculs !

L'information ne manquera pas de faire l'effet d'une bombe : les chiffres des mises en chantier de logements neufs en France sont bien meilleurs que ce que l'on pensait. Depuis le début des années 2000 plus précisément, selon les service statistique du ministère du Logement (SOes), et l'écart s'est particulièrement creusé en 2007.

Par exemple, les estimations du ministère faisaient état de moins de 300 000 logements construits en 2014. Ils seraient en réalité 58 000 de plus, soit 356 000. Autre enseignement : en 2013, le pays a dépassé les 400 000 logements mis en chantier (401 700) exactement), bien plus que les 331 900 estimés alors. Hormis l'année 2008, revue à la baisse (de 1 200 logements, soit 399 000 unités), les chiffres sont meilleurs pour toutes les années depuis 2002.

Côté permis de construire, en revanche, peu de changements notables. Ainsi, « la crise de 2009 apparaît plus marquée ; en revanche, le rebond de 2012 est de moindre ampleur. En 2014, le nombre d’autorisations reste identique », notent les services du ministère.

Collecte enrichie de données en temps réel

Alors, qu'est-ce qui change ? « D’une simple collecte administrative, la méthode évolue vers une collecte enrichie de données statistiques en temps réel », indique le Soes.

Jusqu’à présent, les chiffres communiqués étaient en effet « recensés auprès des services chargés d’instruire les demandes de permis de construire. Ils étaient donc publiés avec un certain délai et soumis à divers aléas de collecte ».

Or désormais, les chiffres communiqués sont « calculés à l’aide d’un modèle statistique pour donner une information en temps réel et des résultats plus fidèles à la réalité du terrain. Appliqués aux données disponibles depuis janvier 2000, les nouveaux indicateurs sont rétroactifs. Ils permettent donc d’ajuster les chiffres antérieurs à 2015 et de suivre leurs tendances », précise l'organisme.

Consultez le document du ministère :

Léo Monégier