BFM Immo

Le taux du Livret A pourrait baisser à 0,75%

Livret A : vers une baisse du taux à 0,75%

Livret A : vers une baisse du taux à 0,75% - Joël Saget - AFP

Suspense autour du Livret A, dont le nouveau taux qui entrera en vigueur le 1er août sera connu en début de semaine. Un consensus autour de 0,75% pourrait satisfaire tout le monde. Enfin presque...

Des voix s’élèvent contre le gouvernement avant l’annonce imminente d’une possible baisse du taux du Livret A. En effet, le 1er août, la rémunération du placement préféré des Français devrait tomber en-dessous de 1%.

Le gouvernement doit trancher ce lundi ou au plus tard mardi sur l'évolution du taux du Livret A. Si la formule de son calcul tenant compte de l’inflation est respectée, le taux du Livret A pourrait reculer pour atteindre un niveau inédit de 0,5%.

Selon le Journal du Dimanche, deux scénarios sont sur la table de Bercy : un taux à 0,5% et un à 0,75%. Mais il semblerait qu’un consensus se forme ces derniers jours autour de la seconde hypothèse, "qui conviendrait à tout le monde".

Un consensus autour de 0,75% ?

"Une inflation à 0,3% milite pour une baisse du taux, à 0,75%", explique un proche du gouvernement cité par le JDD. Ce seuil pourrait même satisfaire le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui a récemment plaidé en faveur d'une baisse de la rémunération du Livret A.

"Christian Noyer veut que le taux baisse, mais il n'est pas un va-t-en guerre", commente un banquier proche de lui, "il acceptera un compromis à 0,75%".

"L'Élysée, qui avait déjà refusé une baisse du taux en janvier, serait prêt à se rallier à cette proposition", indique le journal.

Quel que soit le scénario retenu, la nouvelle risque fort de susciter de vives réactions. Alors que ce mouvement a récemment déclenché la colère de certains élus, la CLCV a décidé de monter au créneau.

Dans un communiqué publié ce lundi, l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers "demande que le taux du Livret A reste à 1%".

Elle estime notamment qu’une baisse du taux en dessous du seuil de 1% serait considérée comme "un signe récessif", son évolution constituant à ses yeux un réel "marqueur psychologique" d’évolution du pouvoir d’achat.

Julien Mouret