BFM Business

Vers la fin des toutes petites pièces?

Les pièces de 1 et 2 centimes d'euros pourraient bientôt disparaître.

Les pièces de 1 et 2 centimes d'euros pourraient bientôt disparaître. - Mychele Daniau - AFP

Dans le collimateur du rapport Cap 22, les pièces de 1 et 2 centimes pourraient bientôt disparaître. Pour plusieurs raisons.

C’est l’une des (nombreuses) préconisations du rapport Cap 22, censé fournir des pistes pour réduire la dépense publique: la fin des pièces de 1 et 2 centimes. D’abord, car cela permettrait d’économiser le coût de leur production. Fabriquer une pièce de 1, 2 ou 5 centimes représente en effet une dépense de 3 à 4 centimes. Soit, pour certaines, plus de deux fois leur valeur faciale…

Plusieurs pays, dont la Belgique, l’Irlande ou la Finlande, ont déjà franchi le pas. La France pourrait donc prochainement suivre, et même, à terme, aller plus loin.

Lutter contre la fraude

Car c’est bien vers une société sans argent liquide que veulent se diriger les autorités. Avec deux principales motivations: la lutte contre la fraude fiscale, évidemment, mais aussi la bataille contre "l’argent sale", celui du terrorisme ou du grand banditisme.

En revanche, si la disparition des petites pièces de monnaie devrait être relativement bien acceptée par l’opinion, il en sera tout autre en ce qui concerne les billets de banque. D’abord, car les Français aiment la discrétion, et que certains achats ne soient pas "traçables".

Ensuite, car la défiance envers les banques depuis la crise de 2008 ne se dément toujours pas, beaucoup de foyers préférant ainsi garder quelques billets sous le matelas…

Y.D. avec Emmanuel Lechypre