BFM Business

Ce gratte-ciel doté d'une cascade fait polémique en Chine

La cascade utilise notamment les eaux de pluie et souterraines, qui sont canalisées dans d'énormes réservoirs placés dans le sous-sol du bâtiment.

La cascade utilise notamment les eaux de pluie et souterraines, qui sont canalisées dans d'énormes réservoirs placés dans le sous-sol du bâtiment. - AFP

L'ouvrage est encore en cours de finition, et sa chute d'eau n'a été actionnée que six fois, en raison de son coût. Ce bâtiment s'ajoute à la liste des innovations architecturales de plus ou moins bon goût qui fleurissent en Chine.

Un gratte-ciel du sud-ouest de la Chine, équipé sur une de ses faces de la chute d'eau artificielle "la plus haute du monde", rejoint la longue liste des constructions audacieuses ou étranges édifiées dans le pays asiatique.

Le Liebian International Building est construit dans la ville de Guiyang située dans le sud du Pays. Sa cascade mesure 108 mètres, ce qui n'est pas sans poser de problème. Car le coût de son utilisation est tout bonnement faramineux: le pompage de l'eau jusqu'au sommet coûte 800 yuans (100 euros) de l'heure.. Construite il y a deux ans, cette cascade n'a depuis été activée qu'à six reprises. Le gratte-ciel est, quant à lui, encore en cours de finition. Il devrait accueillir un centre commercial, des bureaux et un hôtel de luxe.

Un gaspillage de ressources

La cascade utilise notamment les eaux de pluie et souterraines, qui sont canalisées dans d'énormes réservoirs placés dans le sous-sol du bâtiment. Le système vise à reproduire en zone urbaine la nature sauvage de la province, a expliqué le directeur du groupe Ludi, Cheng Xiaomao, au journal hongkongais South China Morning Post.

Mais l'ouvrage est vite devenu la cible d'innombrables moqueries de la part des internautes. Ils s'en prennent notamment à l'immense gaspillage de ressources. "Mettez-la juste en route quelques fois par an! Comme ça, ça nettoie les vitres et il n'y a pas besoin de payer des laveurs de carreaux", plaisante un utilisateur du réseau social Weibo.

Xi Jinping critique ces "architectures grotesques"

Les métropoles de Chine ont vu se multiplier ces dernières décennies les innovations architecturales, accompagnant le développement économique et la poussée de l'urbanisation. Le siège de la télévision d'Etat (CCTV) à Pékin présente une architecture futuriste et audacieuse, en forme de bassin humain surmontant deux jambes. L'édifice est surnommé affectueusement par la population "le Caleçon long".

Tout proche, le bâtiment du Quotidien du peuple, l'organe du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, affiche lui un profil évoquant pour certain un pénis. Quant à une université des ressources en eau située dans le nord-est de la Chine, elle était devenue la risée du web pour sa ressemblance avec... une cuvette de toilettes.

Le président chinois Xi Jinping a pourtant appelé à stopper l'essor des "architectures bizarres et grotesques".

C.C. avec AFP