BFM Business

Pour le patron de BlackRock France, pas de bulle boursière à l'horizon

Alors que de nombreux pays, dont la France, peinent encore à sortir de la crise sanitaire, les indices boursiers retrouvent des sommets qu'ils n'avaient plus tutoyés depuis des années.

Faut-il s'inquiéter de la bonne santé des marchés? Depuis le début du mois, les indices boursiers battent des records. Le CAC40 a dépassé son pic de 2007, (juste avant la crise financière) tandis que le Dax allemand a atteint son record historique courant mars. Même constat de l'autre côté de l'Atlantique où l'euphorie est de mise.

Une effervescence qui tranche pourtant avec les difficultés de l'économie réelle qui peine encore à se remettre des confinements de l'année 2020. Encore de nombreux pays, dont la France, n'ont pas retrouvé leur rythme de croisière, compte tenu de l'incertitude sanitaire.

"Beaucoup d'opportunités de croissance"

Un décalage qui pourrait même laisser craindre à l'éclatement d'une bulle spéculative. Invité sur BFM Business, ce lundi, le patron français de BlackRock, premier gestionnaire d'actifs au monde, se veut pourtant rassurant. "Il y a de l'optimisme sur les marchés sur la reprise économique", résume Jean-François Cirelli.

Les marchés financiers sont-ils surévalués?

Aujourd'hui, non, tranche-t-il. Il y a naturellement des risques sur les marchés, il y a un risque d'inflation. Le premier risque serait d'ailleurs que nous n'arriverions pas à juguler cette pandémie (…) cela n'a pas l'air d'être le cas, heureusement."

Au contraire, pour le patron de BlackRock, "il y a beaucoup d'opportunités de croissance. Partout, l'économie est stimulée, peut-être très stimulée par les autorités monétaires, mais aussi les autorités budgétaires", souligne-t-il.

L'innovation, l'argent qui est là, la volonté des acteurs économiques de se développer, de croître, de consommer… Tout cela est plutôt de bon augure pour l'avenir", assure Jean-François Cirelli.
Thomas Leroy Journaliste BFM Business