BFM Business

La digitalisation de l’industrie française, une opportunité pour relocaliser ?

[CONTENU PARTENAIRE] La délocalisation s’est accélérée avec la mondialisation principalement à cause de l’écart du coût de la main d’œuvre entre les zones du monde. Aujourd’hui, la digitalisation offre-t-elle une opportunité de relocaliser l’industrie en l’aidant à gagner en compétitivité ? C’est le thème que nous avons abordé avec Erwan Bastard (Head of Digital manufacturing chez Wynsys) et Selim Askri Directeur général de Wynsys.

Quels sont les enjeux de la digitalisation de la production et des services supports tels que la maintenance industrielle ?

La démarche du « Digital Manufacturing » consiste à développer la performance et la compétitivité des industries actuelles et du futur. L’approche consiste à apporter des solutions SAP complétées par l’édition de logiciels qui vont permettre de travailler différemment. L’objectif étant de produire plus de valeurs avec le même personnel, recentrer les efforts sur le cœur de métier ainsi que sur les actions à valeurs ajoutées.

En France l’industrie est encore à l’âge du papier ce qui génère une perte de temps et de valeur énormes. Ces organisations ne permettent pas de déployer une Valeur Ajoutée (VA) rapidement. Par exemple, lorsque l’organisation est très hiérarchisée, d’un côté le bureau et de l’autre les opérateurs sur ligne, la structure va subir des pertes importantes de réactivité en générant peu de VA. Le bureau va passer du temps à faire des ’recherches’ pour répondre aux différentes demandes de visibilité, des tableurs XL… qui ne vont pas servir directement à l’opérationnel et souvent arriver trop tard. Cette méthode ne fait que constater ce que l’on a mal fait en espérant faire mieux la prochaine fois. L’ERP est une première étape de la digitalisation, il faut centraliser, sécuriser, fiabiliser les informations (achats, comptabilité, stocks…).L’ERP sera ensuite le référentiel de toutes les données de base des outils d’exécution et va garantir la bonne exécution de l’ensemble des processus transverses à la production.

Quel est l’apport au niveau de la compétitivité des outils SAP ?

Les outils SAP complétés de nos asset et « pré-packagés » permettent d’automatiser les tâches administratives en usine, de remettre de l’autonomie et du pouvoir de décision aux opérateurs qui connaissent bien le produit et l’outil industriel. On libère les experts des bureaux pour les focaliser sur les décisions complexes à prendre immédiatement lorsque les événements non prévus surviennent. Ils en retirent de la satisfaction personnelle, une valorisation qui crée plus d’engagement.

Les opérateurs eux prennent les bonnes décisions en temps réel. Nos outils permettent de garder sous contrôle tous les paramètres process et produits qui concourent à une production conforme. La réaction est immédiate en cas de dérive d’un paramètre sans attendre la détection du produit non conforme On économise du temps, de la matière première, de l’énergie… on rectifie les procédés à temps grâce à un accès plus direct à l’information à partir des machines (analyses, statistiques), ce sont des éléments clés de décisions. L’usine est managée différemment et l’information circule via des tableaux de bord sur écran, l’affichage directement dans la zone de production. Cela génère également de nouveaux métiers de supervision et d’analyse de l’information.

Dans les usines, auparavant, on voyait des gens stressés courir partout, maintenant, l’homme est plus relax, et c’est la machine qui alerte le technicien en cas de problème. Parfois les décisions et les exécutions peuvent être gérées directement par l’intelligence artificielle. Ce qui permet à l’homme de traiter les cas difficiles restants, environ 20 %.

L’automatisation est au service de l’homme qui va ensuite par ses connaissances, son expérience réagir au problème. La logique est faire grandir les hommes et l’organisation en même temps que l’outil.

Le levier de la digitalisation, va apporter une plus grande réactivité, va maintenir la compétitivité. En optimisant les coûts de main-d’oeuvre, elle peut aider à la relocalisation et le maintien de l’industrie sur son territoire et en plus d’un impact positif sociétal plus grand, l’entreprise se rapproche de ses clients en améliorant sa satisfaction tout en réduisant l’immobilisation financière que représentent les stocks et les transports

C’est une question de bon sens pour le dirigeant, il va produire plus et mieux et plus en accord avec les valeurs sociétales.

Quels sont les apports de la digitalisation à moyen et long terme ?

La digitalisation touche à la Data, c’est-à-dire à la donnée, à sa manipulation, sa transformation en information actionnable et sa transmission aux bons destinataires. La fiabilité de la donnée va agir directement sur la prise de décision.

Dans le contexte de la distanciation que nous connaissons, le pilotage à distance s’est accéléré. De nouveaux réflexes sont apparus. L’opérateur qui a une mission de supervision, de contrôle de la ligne de production peut désormais avoir accès aux informations via une tablette, un téléphone. L’automate communique directement les données, ce qui permet d’anticiper les opérations et de prédire les pannes. Le pilotage a distance d’une ou d’un groupe de machine est facilité par ces nouveaux outils.

Dans certaines industries, ce qui n’est pas fluide, c’est la coordination des services entre le service support qualité, la maintenance, les méthodes, la logistique… La digitalisation permet un partage de l’information en temps réel, la meilleure synchronisation des actions et contributions de chacun. Par exemple, si la maintenance du matériel est planifié tous les 3 mois mais que l’usine fonctionne mieux que prévue. On va devoir anticiper cette maintenance. Par conséquent, on va lier la réalité industrielle à l’usure de l’outil. Une grande partie d’un coût fixe se transforme ainsi en coût variable, selon l’activité réelle de l’usine. Les budgets sont plus facilement estimables et adaptables à la réalité constatée.

Dans quel secteur, la digitalisation fait vraiment la différence ?

Dans tous les secteurs industriels la digitalisation est une révolution : elle permet de travailler différemment, d’envisager la création de nouveaux services à offrir aux clients pour se différencier de la concurrence.

Par exemple, dans l’industrie réglementée (pharmacie, aéronautique, nucléaire,…) on assiste souvent à l’apparition de goulots d’étranglement dans la production liés aux exigences de conformité du produit. L’étape qualité est cruciale et tout peut être bloqué s’il manque une seule information. Avec la digitalisation on va pouvoir faire des « libérations » de produits tout au long du procédé. Nous veillons à ce que l’intégralité de l’information attendue à chaque étape élémentaire soit fournie, avec des alertes tout au long du procédé. Ce garde-fou informatique est capital pour la production et il inclut fournisseurs et sous-traitants. On simplifie, on accélère et on sécurise dans ce secteur comme dans bien d’autres.

Quelle est l’histoire de l’entreprise ?

Wynsys a été crée il y a 10 ans sous l’impulsion de nos clients. Notre premier client sous contrat SAP nous a demandé de monter un centre d’expertise en Tunisie dédié à la maintenance des applications. L’année suivante, nous avons conclu un contrat avec Sanofi qui nous a permis de nous développer. Nous avons grandi avec les clients. On nous adresse de plus en plus de projets par recommandations.

Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec SCRIBEO