BFM Business

Prêts garantis par l'Etat: le secteur du voyage lance un appel aux banques

Le président des Entreprises du Voyage s'attend à la disparitions d'un certain nombre d'entreprises

Le président des Entreprises du Voyage s'attend à la disparitions d'un certain nombre d'entreprises - Christophe ARCHAMBAULT © 2019 AFP

Le président des Entreprises du Voyage avance que les banques ne proposent plus les prêts garantis d'Etat aux voyagistes.

Le secteur du voyage rencontre des difficultés auprès des banques pour obtenir des prêts garantis par l'Etat, a déploré samedi Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage au micro de la radio Europe 1.

"Les banques ont considéré que notre secteur était +blacklisté+, un secteur à risque, donc les banquiers ne proposent plus les prêts garantis d'Etat qu'ils devraient accepter", a critiqué M. Mas, président du syndicat représentant les voyagistes français.

"C'est un vrai problème pour la survie des entreprises de notre secteur", dont l'activité est réduite à "5% depuis un mois", a-t-il souligné, s'attendant à des disparitions d'un certain nombre d'entreprises, des "concentrations" et "un mouvement plus rapide vers la numérisation du secteur" à l'issue de la crise.

Passeport de vaccination contre le Covid-19

Interrogé sur l'idée d'un passeport de vaccination contre le Covid-19, M. Mas a suggéré le lancement d'un "certificat sanitaire".

"La France a une occasion d'anticiper en créant non pas un passeport vaccinal mais un certificat sanitaire qui permettra de voir si on répond aux exigences variables de chacun des pays", a-t-il dit.

Ce certificat pourrait, selon lui, "parfaitement ressembler à un QR code sur un téléphone mobile" et "n'intègrerait pas que les vaccinations mais aussi les tests" anti-Covid 19.

"On pourrait imaginer que pour entrer dans un restaurant, le restaurateur exige et c'est son droit soit un vaccin soit un test PCR négatif", détaille M. Mas.

Plusieurs pays européens ont annoncé le lancement d'un passeport de vaccination contre le Covid-19, mais l'idée d'un tel laissez-passer divise au sein de l'Union Européenne.

Le ministre français délégué aux Transports s'est dit favorable vendredi aux solutions de numérisation des documents liés à la crise du Covid-19 pour faciliter les voyages aériens, mais a souligné que le débat sur un "passeport vaccinal" n'était pas encore tranché.

PS avec AFP