BFM Patrimoine

Vivendi va sortir Gameloft de la Bourse de Paris

Dans les locaux de Gameloft, à Manhattan (New York), en 2009.

Dans les locaux de Gameloft, à Manhattan (New York), en 2009. - Flickr cc - Blake Patterson

Fin de parcours à la Bourse de Paris pour Gameloft, qui va sortir de la cote parisienne, conformément au souhait de Vivendi.

Game over pour Gameloft à la Bourse de Paris. Après avoir perdu sa bataille boursière contre Vivendi et après la démission de son conseil d’administration, l’éditeur de jeux sur mobiles s’apprête désormais à quitter la place parisienne. Une décision qui prendra effet le 26 juillet, la suspension de la cotation des actions Gameloft étant maintenue jusqu’à la mise en œuvre du retrait obligatoire.

Un communiqué publié par l’AMF, le gendarme financier français, indique que "HSBC France, agissant pour le compte de la société Vivendi, a informé l’Autorité des marchés financiers de la décision de Vivendi de procéder, conformément à son intention exprimée lors de l’offre publique susvisée, à la mise en œuvre d’un retrait obligatoire portant sur les actions GAMELOFT SE non apportées à l’offre par les actionnaires minoritaires, sur le fondement des articles". Le 20 juin dernier, le groupe de médias avait indiqué détenir 95,94% du capital et 95,77% des droits de vote de cette société à l’issue de la réouverture de l’offre publique d’achat. Un seuil suffisant pour mettre en oeuvre une offre publique de retrait sur le reste des actions encore en circulation.

La Famille Guillemot avait déjà rendu les armes

Le feuilleton Vivendi-Gameloft s’était achevé lundi 6 juin. Après une longue bataille boursière et judiciaire, la famille Guillemot, fondatrice de l’éditeur de jeux vidéo avait décidé de jeter l’éponge et d’apporter ses titres à l’offre de Vivendi: "Dès lors qu'elle ne peut espérer de création de valeur d'un actionnaire majoritaire avec lequel elle est en profond désaccord sur la stratégie, la famille Guillemot annonce qu'elle a décidé, à regret, d'apporter l'essentiel de ses actions à l’OPA hostile initiée par Vivendi."