BFM Patrimoine

Pourquoi Apple mise 1 milliard sur le concurrent d'Uber en Chine

"A la surprise générale, Apple a annoncé cette nuit avoir investi 1 milliard de dollars dans la société de VTC chinoise Didi Chuxing. Quelle est la logique d’une telle opération? Eléments de réponse."

Un point d’interrogation à 1 milliard de dollars. Voilà peu ou prou comment les marchés interprètent cette volonté d’Apple d’aller investir 1 milliard de dollars dans une société de VTC chinoise.

Et pourtant, même si 1 milliard de dollars n’est qu’une goutte d’eau pour Apple au milieu de son océan de cash disponible (autour de 200 milliards), il s'agit bien d'une opération stratégique.

Le précédent Beats Audio

Ce chèque est en effet le plus important signé par Apple, depuis l’annonce; il y a deux ans, de la reprise des casques hi-fi de Dr Dre, Beats Audio. Le deal valorisait alors la société du rapper californien à 3 milliards de dollars.

Mais ce rapprochement allait de soi. Il s'agissait marier le fabricant des meilleurs produits high-tech du monde avec des produits de qualité, s’intégrant parfaitement avec les iPhone et les iPad. Le rapport entre Apple et l’activité de VTC est, en revanche, moins évident.

Certes, Didi Chuxing (littéralement "Les Taxis pour aller loin" en mandarin) fait partie des fameuses "Licornes Chinoises". Avec le milliard de dollars investi par Apple, le groupe est désormais valorisé à hauteur de 25 milliards de dollars. Une société entièrement intégrée à l’écosystème de la high tech chinoise, puisque Didi est issu de la fusion de filiales de Tencent, géant de l’internet, et d’Alibaba, le mastodonte local de l’e-commerce.

Didi, l'anti-Uber

L’opérateur de VTC est aussi un géant dont on mesure mal, vu de France, la puissance: 11 millions de trajets quotidiens, 400 villes desservies, 14 millions de chauffeurs et 300 millions de clients revendiqués. Mais en quoi Apple peut-il profiter de cette omniprésence? Le marché chinois est l'une des principales failles du modèle Apple. Ses ventes d’IPhone s’y sont contractées de 25% au 1er trimestre. 

En fait, le marché des VTC et sa multitude d’applications et de services, peuvent effectivement constituer un vrai relais de croissance pour Apple. Didi Chuxing est décidé à conquérir le marché chinois moyennant de coûteux investissements, annoncés il y a quelques mois. Et ce géant chinois fait également partie d’une alliance commerciale plus large, regroupant l’américain LYFT, l’Indien OLA, et le groupe panasiatique Grab. De quoi contrer Uber.

La quête de nouveaux modèles

Il faut donc sans doute voir dans cette investissement d'Apple l’ébauche d’une stratégie commerciale, via la pénétration de l’écosystème high tech chinois et les habitudes de consommations locales, au milieu d’un marché très concurrentiel mais en pleine croissance.

Bref une tentative de plus pour Apple, qui tâtonne pour essayer de trouver des alternatives stratégiques et des sources de "disruption", d’innovation et de business models nouveaux, pour pallier le plafonnement inquiétant de ses autres activités.

Antoine Larigaudrie