BFM Patrimoine

Marchés: la machine haussière se grippe-t-elle?

4700 sur le CAC40. Objectif ou plafond de verre ?

4700 sur le CAC40. Objectif ou plafond de verre ? - Jacques Demarthon - AFP

Déséquilibres monétaires, risque macro-économique et géopolitique… jusque-là la hausse continue du marché depuis le début de l’année semblait inarrêtable. Mais la semaine qui s’ouvre devrait marquer un tournant.

4700 sur le CAC40. Objectif ou plafond de verre ? C’est toute la question du moment. Pour l’instant la tendance de fond du marché est toujours positive, mais quelques signes commencent à montrer que la mécanique haussière commence à se gripper. Déjà l’impossibilité de tenir ce seuil symbolique aux termes de la semaine boursière passée, seuil qui nous ramène à juin 2008. Semaine largement positive, certes, à 1,8% de gains cumulés.

Les Dark Pools donnent le ton

Mais les séances de jeudi et vendredi sont assez parlantes. Conquête des 4700 jeudi, bien tenus… et vendredi, une baisse qui nous ramène juste dessous, avec une petite baisse de 0,26% en clôture, et surtout d’un coup des volumes qui se tarissent, 3,5 milliards d’euros d’actions échangées, contre largement plus de 4 sur les 4 premières séances de la semaine.

Autres indicateur technique intéressant, la comparaison entre la progression continue des indices sur la majeure partie de la semaine, et ce qu’on fait les Dark Pools, les plates-formes d’échanges entre grandes banques. Enorme divergence, vu que les intervenants de ces "Bourses Secrètes" ont eu tendance à vendre, en achetant très peu, et sur des volumes abondants. Les investisseurs intervenant sur les Dark Pools échangeant de très gros blocs d’actifs, cette divergence était appelée à se payer sur le marché réel, celui des grandes bourses mondiales classiques.

Dernier point, un nombre très important de notes négatives d’analystes sur beaucoup d’actions qui ont fait la tendance ces dernières semaines, pas moins de 5 ce matin : Alcatel-Lucent, Technip, CGG, BNP Paribas ou encore Dassault Systèmes. Le mouvement avait déjà été amorcé la semaine dernière, mais de manière filée, au gré des séances. Là l’effet d’accumulation est net : il faut prendre des bénéfices et purger le marché de quelques excès à court terme.

Reprise de souffle ou inflexion de tendance ?

Pour mieux remonter ? Là, grosse question. Le marché a fait la moyenne risque/perspectives de hausse, et chiffre à 4700 sur le CAC40 le seuil d’équilibre. Il ne faut pas négliger les hypothèques de marché : Grèce, Ukraine, des taux 10 ans qui ont tendance à remonter, et des bonnes nouvelles qui en deviennent de mauvaises (le marché nous avait habitué à des réflexes inverses !) : l’emploi américain, avec d’excellents chiffres publiés vendredi, tend à prouver que l’économie américaine se reprend de manière spectaculaire, et que la FED est de plus en plus tiraillée entre nécessité de ne pas ajouter au désordre monétaire mondial, juguler le dollar fort, et aussi normaliser sa politique monétaire en fonction.

Une équation très complexe qu’il va falloir résoudre pour savoir si le marché a le potentiel pour aller chercher peut-être les 5000 points, en soufflant un peu avant. Nouvel objectif symbolique sur un marché parisien où concrètement la tendance reste toujours positive, mais où paradoxalement la visibilité ne s’améliore pas vraiment, en témoignent des prédictions d’analystes toujours très floues pour la fin de l’année.​

Antoine Larigaudrie