BFM Patrimoine

Le scandale du Libor éclabousse la City

Une vingtaine d'établissements est concernée par cette affaire (Photo : Flickr/CC/howzey)

Une vingtaine d'établissements est concernée par cette affaire (Photo : Flickr/CC/howzey) - -

Barclays est la banque la plus touchée par cette affaire de manipulation des taux interbancaires, avec le départ de son directeur général, Bob Diamond. Mais ce scandale pèse au final sur l’ensemble des banques de la City. Dossier.

Les têtes sont tombées chez Barclays. Après avoir payé 290 millions de livres pour mettre fin à l’enquête internationale sur les manipulations du cours du Libor (qui indique à quel taux les banques se prêtent entre elles), la banque britannique a vu trois de ses dirigeants partir sous la pression. Parmi eux, son célèbre directeur général, Bob Diamond, qui lors de son audition à la commission du Trésor du Parlement britannique a bien voulu admettre "des erreurs" au sein de sa banque et "des comportements répréhensibles"de la part des traders. Ce sont effectivement ces derniers qui seraient à l’origine de toute l’affaire.

Les rapports de la FSA (Financial services authority), le gendarme de la bourse britannique, révèlent des échanges de courriels qui montrent la complicité des traders. Les phrases "Vient boire le champagne au bureau demain"et "Je garde une bouteille de Bollinger au frais"ont ainsi été énormément reprises par les médias britanniques.

Ces petits arrangements entre amis ont donc coûté cher à Barclays. Mais la banque britannique risque bien de ne pas être la seule à en pâtir : une vingtaine d’établissements de la City est mise en cause. Pire, le Libor servant de base de calcul à de nombreux produits financiers, les particuliers et les entreprises ont également été impactés par ces manipulations.

Les autorités britanniques ont décidé de sévir. Une enquête parlementaire est donc en cours, de même que des poursuites pénales. Et David Cameron, le Premier ministre britannique, a annoncé que le fonctionnement du Libor sera passé au crible.

Les articles de la rédaction sur ce sujet

> Deutsche Bank veut coopérer pour moins payer (16/07/2012)

L’établissement bancaire aurait demandé le statut de "témoin repenti" dans l’affaire de manipulation du taux interbancaire. Une forme d’aveu qui lui permet d’éviter une condamnation trop lourde.

> Les Etats-Unis entament des poursuites pénales (16/07/2012)

Le scandale de la manipulation du taux Libor prend de l’ampleur aux Etats-Unis. La justice fédérale américaine préparerait des poursuites pénales. En parallèle, dimanche 15 juillet, les ministres de la Justice des Etats de New York et du Connecticut ont également annoncé mener une enquête.

> Le scandale du Libor pourrait déclencher un durcissement de la régulation des banques (09/07/2012)

Michel Barnier, le Commissaire européen, prévoit déjà de revoir la directive "abus de marché" pour sanctionner plus durement les manipulations d'indices. D'autres mesures pourraient être durcies.

> JP Morgan et Citigroup à leur tour inquiétés (06/07/2012)

Cette affaire touche désormais les deux banques américaines qui font l'objet de demandes d'informations de la part des enquêteurs, et de poursuites de clients.

> Bob Diamond reconnaît des erreurs, mais pas plus (04/07/2012)

Le directeur général démissionnaire de Barclays s'est exprimé devant les parlementaires britanniques sur l’affaire de la manipulation du Libor. Il a reconnu quelques erreurs, sans endosser de responsabilités.

> Sous la pression, Bob Diamond quitte Barclays (03/07/2012)

La polémique enfle autour de Barclays, l'une des banques britanniques accusées d'avoir manipulé le Libor. Après le départ du président Marcus Agius, Bob Diamond, le directeur général, a lui aussi fini par démissionner le 3 juillet. 

> Barclays préfère payer pour mettre fin à l’enquête sur le Libor (28/06/2012)

La banque a choisi de payer 453 millions de dollars d'amende pour arrêter l’enquête sur les manipulations du cours du Libor, l'un des principaux taux interbancaires. Au total, une dizaine de banques sont mêlées à cette affaire.

Julien Marion et BFMbusiness.com