BFM Patrimoine

Le FMI recommande à la France de ralentir ses projets de consolidation fiscale

BFM Patrimoine

PARIS (Dow Jones)--Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré lundi que la France devrait ralentir ses projets de consolidation fiscale en 2014, afin de ne pas entraver la faible reprise et de nuire aux économies des pays voisins. "Alo

PARIS (Dow Jones)--Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré lundi que la France devrait ralentir ses projets de consolidation fiscale en 2014, afin de ne pas entraver la faible reprise et de nuire aux économies des pays voisins.

"Alors qu'une grande partie de la consolidation fiscale nécessaire sera atteinte en 2013, le rythme de l'ajustement devrait être ralenti en 2014 par rapport à ce qui est actuellement prévu afin de soutenir la reprise", a souligné le FMI dans son Article IV du rapport sur la France.

"Un échec de la reprise en France pourrait avoir des effets de contagion significatifs vers les pays voisins, en particulier les économies de petite taille au sein de la zone euro, ainsi que des conséquences moindres mais toujours mesurables sur l'Italie et l'Espagne", a ajouté le FMI.

Depuis qu'il est arrivé au pouvoir, en mai 2012, le gouvernement socialiste de François Hollande a relevé les impôts d'environ 27 milliards d'euros afin d'atteindre ses objectifs de réduction de déficit. Mais une croissance nulle en 2012 et une récession au début de l'année ont déjà éloigné la perspective de ramener le déficit de la France en deçà de 3% du produit intérieur brut (PIB) en 2013.

La prévision officielle du gouvernement en matière de déficit est de 3,7% du PIB cette année avec seulement 0,1% de croissance.

Le FMI a déclaré qu'il aurait été préférable de faire preuve de moins d'austérité en 2013. L'institution attend désormais une contraction de l'économie de 0,2% cette année et un déficit à 3,9% du PIB. L'année prochaine, l'économie devrait croître de seulement 0,8%, en deçà des perspectives officielles du gouvernement de 1,2%, a ajouté le FMI.

La France a déjà fait part de son intention de réaliser environ 14 milliards d'euros de baisse des dépenses en 2014 et de procéder à 6 milliards d'euros d'augmentations d'impôts.

Le FMI a recommandé au gouvernement français d'envisager un abandon des hausses d'impôts prévues, même si cela signifie que le pays mettra plus de temps à réduire son déficit budgétaire et à juguler sa dette.

-William Horobin, Dow Jones Newswires.

(Version française Marie Testard).

(END) Dow Jones Newswires

August 05, 2013 12:16 ET (16:16 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-