BFM Patrimoine

La France maintient sa prévision de croissance en 2013 malgré le recul du PIB au T3

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)--L'économie française affichera bien une légère croissance sur l'ensemble de l'année 2013, conformément à la prévision du gouvernement, malgré la contraction inattendue du produit intérieur brut (PIB) annoncée pour le tro

PARIS (Dow Jones)--L'économie française affichera bien une légère croissance sur l'ensemble de l'année 2013, conformément à la prévision du gouvernement, malgré la contraction inattendue du produit intérieur brut (PIB) annoncée pour le troisième trimestre, a déclaré jeudi à la radio le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici.

Le PIB de la France a reculé de 0,1% au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, sous l'effet d'un ralentissement de la consommation des ménages et d'une diminution des exportations et des investissements, selon la première estimation publiée jeudi par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Les économistes interrogés par le Wall Street Journal tablaient en moyenne sur une croissance de 0,1%.

"En fait ce n'est pas une surprise", a déclaré Pierre Moscovici sur RTL. "On a eu un excellent [deuxième] trimestre à +0,5% et on savait que le troisième serait plat. Les prévisions de la Banque de France et de l'Insee montrent que la machine va vraiment démarrer, ce qui fait que je maintiens le fait que nous aurons 0,1% ou 0,2% de croissance en 2013", a ajouté le ministre.

La croissance de la consommation des ménages français - principal moteur de l'économie - a ralenti à 0,2% au troisième trimestre, après être ressortie à 0,4% au deuxième trimestre. Les exportations ont reculé de 1,5% sur la même période et le commerce extérieur a apporté une contribution négative de -0,7 point au PIB après une contribution neutre au trimestre précédent.

L'investissement des entreprises s'est également révélé faible, celui-ci ayant fléchi de 0,6% au troisième trimestre par rapport au deuxième.

"C'est [l'investissement] le problème structurel de l'économie française depuis des années en vérité", a en outre déclaré Pierre Moscovici. Ce problème justifie la décision du gouvernement d'accorder aux entreprises un Crédit d'impôt compétitivité et emploi (CICE), financé en partie par une hausse de la TVA, a-t-il ajouté.

Le ministre a également maintenu la prévision du gouvernement d'un retour progressif à la croissance avec une hausse de 0,9% du PIB en 2014 et une progression de 1,7% du PIB en 2015.

-William Horobin, Dow Jones Newswires

(Version française Maylis Jouaret)

(END) Dow Jones Newswires

November 14, 2013 03:17 ET (08:17 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-