BFM Patrimoine

La désinflation complique le redressement de Carrefour et Casino - Market Blog

BFM Patrimoine
Par Yann Morell y Alcover PARIS (Dow Jones)--Attention à ne pas tirer de conclusions trop hâtives des chiffres d'affaires du premier trimestre 2014 qui seront publiés par Carrefour (CA.FR) et Casino (CO.FR) dans les prochains jours. La plupart des

Par Yann Morell y Alcover

PARIS (Dow Jones)--Attention à ne pas tirer de conclusions trop hâtives des chiffres d'affaires du premier trimestre 2014 qui seront publiés par Carrefour (CA.FR) et Casino (CO.FR) dans les prochains jours.

La plupart des analystes financiers suivant ces deux valeurs se montrent relativement optimistes quant à la capacité des deux groupes à tirer leur épingle du jeu. Mais certains d'entre eux avertissent que des déceptions sont possibles, compte tenu notamment d'effets calendaires exceptionnels liés au décalage des fêtes de Pâques et de la hausse très ralentie des prix à la consommation en Europe continentale.

Malgré le retour de l'optimisme des investisseurs quant aux perspectives du secteur, une certaine prudence reste de mise. Les deux groupes affrontent un environnement concurrentiel très rude sur leur principal marché, la France, auquel s'ajoute une inflation atone, ce qui rend le redressement de leurs revenus plus délicat.

Les produits alimentaires, qui représentent une part importante des ventes de la grande distribution, ont été ces derniers mois l'un des principaux contributeurs au ralentissement de l'inflation en zone euro, en particulier en France.

Selon les derniers chiffres de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), les prix de l'alimentation n'ont progressé que de 0,1% sur un an, au mois de février, quand l'ensemble des prix à la consommation affiche une hausse de 0,9%.

Croissance anémique des salaires

L'évolution ralentie de l'inflation n'est toutefois pas la seule difficulté à laquelle se trouve confrontée la grande distribution. La croissance anémique des salaires réels français, depuis plus de trois ans, explique aussi en grande partie ce phénomène.

Cette dernière a entrainé les principaux acteurs de la grande distribution dans une concurrence toujours plus intense, de manière à séduire les ménages français, eux-mêmes à la recherche de prix toujours plus compétitifs.

Pour autant, le faible niveau de l'inflation et la hausse poussive des salaires réels ne constituent pas seulement un facteur négatif pour Carrefour et Casino. Dans une note diffusée mercredi, les analystes de JP Morgan Cazenove estiment ainsi que la modération salariale pourrait même bénéficier aux distributeurs français, poussant les investisseurs à se montrer plus généreux en termes de valorisation.

Certes la maîtrise des coûts reste un facteur aussi déterminant de la rentabilité opérationnelle que la croissance des ventes. Mais pour se faire une idée plus précise de l'évolution de la situation sur cette question, il faudra attendre la publication des résultats semestriels.

-Yann Morell y Alcover, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 60; yann.morellyalcover@wsj.com

"Le Market Blog" est le blog économique et financier du Service français de Dow Jones Newswires.

(END) Dow Jones Newswires

April 09, 2014 07:15 ET (11:15 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-