BFM Patrimoine

Europe: le FOMC et l'Eurogroupe incitent à la prudence.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La prudence l'emporte cet après-midi au sein des Bourses européennes, à quelques heures de la conclusion de la réunion du FOMC (comité de politique monétaire de la Fed) et à la veille de celle de l'Eurogroupe, qui devrait

(CercleFinance.com) - La prudence l'emporte cet après-midi au sein des Bourses européennes, à quelques heures de la conclusion de la réunion du FOMC (comité de politique monétaire de la Fed) et à la veille de celle de l'Eurogroupe, qui devrait marquer une étape importante dans le feuilleton grec.

Athènes chute de 3,1%, devant Lisbonne (-0,7%), Zurich et Amsterdam (-0,5%), Francfort, Paris et Bruxelles (-0,4%), Madrid (-0,3%), Milan (-0,2%) et Londres (-0,1%). A New York, le Dow Jones avance de 0,1% et le Nasdaq, de 0,3%.

'Nous pensons que la Fed est susceptible de réduire ses estimations de PIB et d'inflation pour 2015, aussi une hausse de taux dès aujourd'hui nous parait difficilement envisageable', juge Nour Al-Hammoury, chez ADS Securities.

Le stratège de marché pense qu'un statu quo laisserait la porte ouverte à une hausse avant la fin de l'année, peut-être en septembre. 'Si Janet Yellen adopte un ton plus accommodant, une telle mesure serait certainement exclue jusqu'en 2016', prévient-il cependant.

Barclays Bourse met aussi en avant le brouillard grec comme autre sujet brûlant, alors que doit se tenir jeudi après-midi la réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe).

Elle rappelle que l'hypothèse d'une sortie de la Grèce de la zone euro n'est pas son scénario central, car elle risquerait de créer une nouvelle crise de confiance dans la zone euro, ce qui devrait inciter les créanciers à faire 'le maximum pour éviter une sortie de piste'.

'Cependant, la question est de savoir si Syriza ne souhaite pas finalement sortir de la zone euro', nuance la société de gestion, qui préfère donc 'patienter encore jusqu'à demain soir avant de trancher en reprenant une attitude plus agressive', sur les actions en Europe.

En attendant ces rendez-vous, les investisseurs ont pris connaissance d'une confirmation de l'inflation annuelle à +0,3% dans la zone euro en mai, ainsi que d'un nouveau recul des chiffres du chômage au Royaume Uni.

Sur le plan des valeurs, Tesco recule de 1,1% à Londres, pénalisé par des propos de Crédit Suisse qui initie une couverture sur le titre avec une opinion 'sous-performance' et un objectif de cours de 169 pence, dans une première note sectorielle sur la distribution britannique.

A Paris, Rémy Cointreau progresse de 2,7% après les résultats annuels du groupe de vins et spiritueux alors que Faurecia chute de 5,5%, sous l'effet d'une note de Crédit Suisse qui a abaissé son objectif de cours sur le titre de l'équipementier automobile.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance