BFM Patrimoine

Devises: le risque de Grexit ne pèse guère sur l'euro.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Sans grande conviction à la veille d'une réunion très attendue de la Fed, la monnaie unique européenne se tassait de 0,22% contre sa contrepartie américaine à 1,1257 dollar. Les mouvements étaient plus limités encore (-

(CercleFinance.com) - Sans grande conviction à la veille d'une réunion très attendue de la Fed, la monnaie unique européenne se tassait de 0,22% contre sa contrepartie américaine à 1,1257 dollar. Les mouvements étaient plus limités encore (- 0,10%) contre le yen et le sterling, à respectivement 139,05 et 0,7226, quand la neutralité était de mise face au franc suisse à 1,0490.

“L'absence d'avancée dans les négociations entre la Grèce et ses créanciers continue à miner le moral des investisseurs”, commentent ce matin les analystes de Barclays Bourse. Ce qui n'empêche pas l'euro de se montrer toujours résistant. Une réunion de l'Eurogroupe, qui rassemblera les grands argentiers européens, sera consacrée jeudi au sujet.

'Pour le moment le président de la BCE Mario Draghi ne souhaite pas spéculer sur d'éventuels non-remboursements par la Grèce mais estime que la situation est très grave”, indiquent encore les spécialistes.

'On se dirige vers l'oeil du cyclone en ce qui concerne le dossier grec', s'inquiète d'ailleurs IG. Et Chrstophe Dembik, l'économiste de Saxo Banque, de surenchérir en évoquant le scénario du pire, le “Grexit” : “la sortie de la Grèce pourrait servir de déclic et conduire à la prise de conscience que les Européens ne sont plus liés par une communauté d'intérêts, de destins et une volonté de vivre ensemble. L'enjeu de la question grecque n'est certainement pas économique mais bien politique.”

On a d'ailleurs appris ce matin que le sentiment des analystes et des investisseurs allemands accuse une baisse marquée, au vu de l'indice ZEW qui lâche 10,4 points pour ressortir à 31,5 points.

Mais si les indices boursiers pâtissent manifestement du risque grec, l'euro, lui, semble en grande partie épargné. 'Sur les marchés de devises, le thème dominant actuellement est celui de la résilience de l'euro' à la crise grecque, rapportent d'ailleurs les cambistes de Société Générale. En dépit de l''impasse', la valeur relative de l'euro n'a guère souffert ces dernières semaines.

Les spécialistes se demandent si l'euro/dollar ne sera pas finalement plus sensible à la réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine qui se terminera demain soir. Cette édition du fameux FOMC sera suivie de près : engagée dans la normalisation graduelle de sa politique monétaire, la banque centrale américaine a prévenu qu'elle se réservait la possibilité de relever ses taux courts à partir du FOMC de juin, et que sa décision serait fonction de la conjoncture. De ce fait, les opérateurs parient, dans l'ensemble et pour l'instant, sur un premier durcissement en septembre, sinon en octobre.

L'après-midi sera donc marquée par le début de ce FOMC de deux jours. Il se terminera demain dans la soirée par le traditionnel communiqué, mais aussi par une conférence de presse qu'animera la présidente Janet Yellen et par la mise à jour des projections macroéconomiques de la Fed.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance