BFM Patrimoine

CAC40: reste au contact des 4.750 malgré l'impasse grecque.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Les marchés ne veulent décidément pas baisser malgré marchés l'échec des dernières discussions entre Athènes et ses partenaires européens sur la dette grecque: l'Euro-Stoxx50 s'effrite de seulement -0,1% (alors que Fran

(CercleFinance.com) - Les marchés ne veulent décidément pas baisser malgré marchés l'échec des dernières discussions entre Athènes et ses partenaires européens sur la dette grecque: l'Euro-Stoxx50 s'effrite de seulement -0,1% (alors que Francfort lâche -0,6%).

Le CAC40 qui chutait de -1,3% (jusque vers 4.683) en début de matinée affichait +0,25% à la mi-journée (à 4.765Pts) avant de se replier à nouveau de -0,3% à 4.734 points alors que Wall Street recule de -0,2% après 1 heure de cotations.
Le Dow Jones s'inscrit en baisse de 0,25% à 17.975 points et le 'S&P' de de 0,2% à 2.093Pts.

L'indice 'Empire State' de la Fed de New York s'est établi à +7,8 au titre de février, à comparer à +10 en janvier, et alors que les économistes ne tablaient en moyenne que sur un tassement plus modeste, vers +9 sur le mois en cour.

Mesurant l'évolution de l'industrie manufacturière dans la région de New York, cet indicateur avancé semble donc indiquer une légère décélération de l'activité industrielle dans l'ensemble des Etats-Unis.

'La Grèce semble s'éloigner encore d'un compromis avec les ministres européens des finances, qui paraissent pour le moment faire bloc pour défendre une position de fermeté face à Athènes', souligne Stan Shamu, stratégiste de marchés chez IG.

'Une nouvelle réunion pourrait avoir lieu dès vendredi si la Grèce soumet une requête pour étendre le programme actuel, mais toutes les autres options semblent désormais sur la table pour son gouvernement, de quoi angoisser les opérateurs', poursuit-il.

'Le risque d'arriver sans accord à la fin du mois - lorsque le prochain paiement du FMI est normalement prévu - met les courtiers dans une inquiétude bien compréhensible', renchérit Tony Cross, analyste de marchés chez Trustnet Direct.

'Si aucun accord n'est trouvé, le pays risque de se retrouver à court d'argent, sans possibilité d'emprunt, avec un risque d'une sortie de l'euro qui viendrait déstabiliser la zone euro et sa monnaie', prévenait-on lundi chez Saxo Banque.

Au chapitre des statistiques du jour en Europe, le moral des investisseurs et des analystes allemands s'est encore amélioré en février, au vu de l'indice ZEW qui s'accroit de 4,6 points à 53 au titre du mois en cours, mais les économistes espéraient en moyenne une progression vers 56.

Le taux d'inflation du Royaume Uni a de nouveau reculé en janvier (-0,8%), pour s'établir à 0,3% en rythme annuel, contre 0,5% en décembre 2014 et 1% en novembre, d'après l'office national de statistiques.

Les opérateurs sanctionnent les publications de la matinée, puisque le spécialiste des gaz industriels Air Liquide (-1,4%), l'opérateur télécoms Orange (-2,5%) et le groupe de luxe Kering (-2%) figurent en bas de classement du CAC40.

Casino affiche un repli de 0,8% : s'il a pâti d'effets de changes et de baisses de prix en France en 2014, le distributeur se montre plus optimiste pour 2015. BESI (ex Espirito Santo) réaffirme sa recommandation 'achat' et sa valeur intrinsèque ('fair value') de 96 euros.

Tout en confirmant leur conseil d'achat sur la valeur, les analystes de Société Générale (SG) ont relevé ce matin l'objectif de cours de l'action Groupe Fnac de 36 à 50 euros.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance